Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 05Article 621829

Infos Santé of Tuesday, 5 October 2021

Source: Le Jour

Discipline: la méthode Manaouda

Comme quoi, avec le Min-santé, une sanction n’est pas une descente aux enfers Comme quoi, avec le Min-santé, une sanction n’est pas une descente aux enfers

L’équipe chargée de mener l’enquête sur l’incident de l’hôpital central de Yaoundé a été installée mercredi. Tandis que le Pr Noah Noah, sanctionné en 2020 à à nouveau été promu et installé vendredi comme directeur de l’hôpital de référence de Sangmelima.

Le 28 septembre dernier, Manaouda Malachie, le ministre de la Santé publique, s’est rendu dans la famille d’Ayissi Mengue. Il s’agit du jeune homme qui a perdu la vie le 19 septembre dernier à l’hôpital central de Yaoundé et dont les proches se plaignaient de l’amputation de certains de ses organes.

Le ministre l’a annoncé lui-même par un tweet. Certainement pour réconforter la famille, probablement aussi pour se faire une idée plus claire des accusations de la famille à l’endroit de la formation hospitalière où leur fils est décédé.. Car ce même jour, il a installé l’équipe chargée de mener l’enquête instruite à la suite de ces accusations.

“De retour à Yaoundé ce jour, je viens d’installer l’équipe du Dr Zoa, chargée de conduire l’enquête dans le cadre de l’incident de l’hôpital central de Yaoundé. J’ai rendu ensuite visite à la famille du jeune homme décédé pour lui transmettre les condoléances du Gouvernement “, à écrit le ministre sur Twitter.

Quels sont les enjeux de cette enquête ? Quels résultats peut-on en attendre concrètement ?

Depuis son arrivée à la tête du ministère de la Santé, Manaouda Malachie a été confronté à un certain nombre d’affaires concernant le personnel médical ou tout simplement de son département ministériel. Avec toutes des fortunes diverses. Dans plusieurs cas, cependant, il n’a pas hésité à sanctionner, parfois lourdement.

En février 2021, le directeur de l’hôpital de district de Bafia était suspendu de toute activité au sein de cette formation hospitalière pour une durée de trois mois, éventuellement renouvelable, pour manquement grave à l’éthique et à la déontologie professionnelles”

Cette sanction intervenait à la suite d’un conflit qui l’opposait à un chirurgien du même hôpital. L’autre protagoniste avait été sanctionné quelques jours plus tôt pour le même motif.

Le 8 avril 2021, le ministre de la Santé publique annonçait la suspension d’un certain nombre d’agents de son département ministériel pour une durée de trois mois “pour des faits de rançonnement des usagers du service public”. Il est à noter que le 13 février 2021, Manaouda Malachie, suite aux multiples plaintes des usagers, avait annoncé la mise en place d’un numéro vert (1506).

Le 10 avril 2020, quatre pharmacies qui avaient revu à la hausse les prix des produits nécessaires pour le respect des mesures barrières dans la lutte contre le Covid-19.

Le 27 juillet 2021, un communiqué du ministre de la Santé publique annulait les examens d’entrée dans les écoles de personnels sanitaires pour fraude. Le ministère avait à la même occasion initié une enquête pour déterminer l’origine de la fuite d’épreuves.

En 2020, à la suite d’un drame qui s’était soldé par la mort d’un élève du lycée bilingue de Deido à Douala, le Pr Dominique Noah Noah, alors directeur de l’hôpital de district de Deido, avait été relevé de ses fonctions. Les infirmières de cette formation, plutôt que de prendre en charge le blessé grave qui y avait été conduit, s’étaient contentées de faire des photos.

Le Pr Noah Noah, professeur titulaire des universités, spécialisé en hépato-gastroentérologie, n’est toutefois pas resté longtemps à l’ombre. Vendredi dernier, il a été installé comme directeur de l’hôpital de référence de Sangmelima.

Il a donc désormais la charge de la seule formation sanitaire de deuxième catégorie de la ville de Sangmelima et quasiment de la région du Sud, région carrefour entre les régions du Centre, de l’Est et du Littoral, en plus de la frontière commune avec trois pays.

“Ma porte vous est ouverte et mon appui constant, vous est acquis. Il ne reste qu’à vous mettre au travail… Mais je vous aurais mis en garde contre toute attitude contraire à l’éthique et à la déontologie administratives”, a déclaré Manaouda Malachie au cours de la cérémonie de vendredi dernier.

Une allusion peut-être au fait qu’aucune ne restera impunie. Et si n’est certainement pas tombée dans des oreilles de sourd, puisque l’élu du jour fût banni il y a peu.

“Comprenez bien qu’aucun répit ne vous est accordé, qu’aucun errements ne vous sera pardonné, mais aussi qu’aucune hésitation ne vous est concédée”, a ajouté le ministre.

Comme quoi, avec le Min-santé, une sanction n’est pas une descente aux enfers. La réhabilitation peut survenir à tout moment, surtout quand les concernés ont des compétences avérées. La méthode Manaouda, quoi !

Alors, peut on s’attendre à des sanctions à la suite de l’incident de l’hôpital central de Yaoundé ?

Rejoignez notre newsletter!