Crise anglophone: l’émouvant plaidoyer de Agbor Balla au Canada | General News 2018-10-31
Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 10 31Article 449772

General News of Wednesday, 31 October 2018

Source: cameroonvoice.com

Crise anglophone: l’émouvant plaidoyer de Agbor Balla au Canada

L'Avocat Agbor Nkongho s'est adressé au sous-comité des droits internationaux de la personne du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes du Canada, le 20 octobre 2018.

Felix Agbor Nkongho est un avocat anglophone camerounais spécialiste des droits de l'homme. Il est le président sortant de la Fako Lawyers Association, le vice-président de l'Association du Barreau Africain en charge de l'Afrique centrale et le fondateur et président du Centre pour les droits de l'homme et la démocratie en Afrique.

LIRE AUSSI: Le député Ndono Mbanga salit l’image de Paul Biya dans le Moungo

Chef de file du mouvement de la société civile qui cherche à remédier aux inégalités historiques, à la discrimination et à la marginalisation des anglophones au Cameroun. Felix Agbor Nkongho a activement participé à l'organisation de la désobéissance civile non violente et à des manifestations appelant à la protection de la culture et des droits des camerounais anglophones.

Le gouvernement camerounais a arrêté Felix Agbor Nkongho en janvier 2017 avec d'autres activistes et dirigeants anglophones au Cameroun. Il a été détenu et a fait face à plusieurs accusations devant le tribunal militaire. En août 2017, ces accusations ont été retirées et il a été libéré.

LIRE AUSSI: Climat post-électoral: Michele Ndoki poursuivie pour apologie de crimes

Felix est titulaire d'une licence en droit et d'une maîtrise en droit international et comparé et en droit international des droits de l'homme. Il a étudié et est diplômé de l'Université de Yaoundé, de la Faculté de droit du Nigéria (Abuja), de Vrije Universiteit (Bruxelles) et de l'Université Notre Dame (États-Unis).

L'audience au parlement canadien était organisée par le Lawyers 'Rights Watch Canada (LRWC) et le Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique.