Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 10 31Article 449770

Opinions of Wednesday, 31 October 2018

Journaliste: Inconnu

Climat post-électoral: la femme de Kamto risque de perdre son poste

Voilà une autre convulsion du syndrome de Stockholm, la maladie des peuples et Hommes qui adorent leurs bourreaux.

Retenez ceci : quand on est fonctionnaire, on n’appartient ni à un courant idéologique ni à un parti ni à un chef d’Etat ou à un candidat à la présidence. On est d’ailleurs soumis au principe de neutralité qui oblige à l’observance des règles de justice, de laïcité, d’Egalite et d’équité. Faut-il pour cela publier le statut général de la Fonction publique en guise d’Instruction civique ? On le fera !

LIRE AUSSI: Sérail: Maurice Kamto clément envers les chefs traditionnels égarés

C’est à cause du système de Parti-Etat où les fonctionnaires sont du parti au pouvoir, organisent les meetings du Rdpc dans les ambassades, battent campagne avec les moyens de l’Etat que cette confusion s’est installée dans les esprits.

C’est à cause des Gouverneurs, préfets et sous-préfets qui sont juges et parties que ce dévoiement des règles se sont installé chez nous.

Ce n'est pas Paul Biya qui paye les fonctionnaires ou les chefs traditionnels. C'est avec l'argent de L'Etat donc des Camerounais qu'ils sont rémunérés, indemnises ou pris en charge. Ceux qui lui rendent grâce pour des évacuations sanitaires, peuvent le faire à loisir. Mais quand on est agent de l'Etat ou à son service, on n'est pas le serf d'un Homme.

LIRE AUSSI: Réélection: les non-dits du soutien de Macron à Paul Biya

Mme Kamto, haut fonctionnaire, doit remplir sa tâche sans sourciller, faire attention à ces convulsions et comprendre ce peuple qui a du mal à sortir de 36 ans de lavage de cerveau.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter