Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 24Article 629914

Politique of Wednesday, 24 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : le Sous-Préfet de Yaoundé 3ème interdit une rencontre d’une coalition de partis politiques

Les leaders de l'opposition Les leaders de l'opposition


• Cette réunion était pour dévoiler les résultats des travaux sur les propositions effectuées sur le code électorale

• La demande était effectuée par l’Union démocratique de Cameroun

• Le Sous-préfet prévient les contrevenants



Durant plusieurs mois, plusieurs partis politiques d'opposition ont travaillé sur un projet de réforme du Code électoral. L'initiative avait été lancée par des partis politiques représentés dans les institutions. La réflexion est élargie à toutes les formations politiques, organisations de la société civile et tout camerounais ayant des propositions pour la réforme "consensuelle" du Code électoral.
Les travaux ayant abouti depuis quelques jours, les leaders de l’opposition ont décidé de rendre public le fruit de leur travaux de plusieurs mois. Seulement, ils ne peuvent pas le faire comme convenu. Ainsi en a décidé le Sous-Préfet de Yaoundé 3ème. Il a purement et simplement interdit cette manifestation prévue ce jour 24 novembre 2021.

Le Sous-préfet donne les motifs de cette interdiction. Pour lui, il s’agit de l’ingérence dans les compétences législatives et que cette manifestation publique est projetée alors qu’il y a une session parlementaire en cours. « La réunion publique déclarée pour le mercredi 24 novembre 2021 de 10h à 13 heure à MFOUNDI-ASSI, lieu-dit Hilton hôtel par l’Union démocratique du Cameroun (UDC).Est également interdite que l’étendue du ressort territorial de ‘Arrondissement de Yaoundé 3ème, toute autre manifestation sur le même objet projetée par les même organisateurs », peut-on lire sur l’arrêtée du sous-préfet.

L’autorité met par ailleurs en garde les contrevenant à cette décision. Il a par ailleurs chargé les forces de l’ordre de veiller à l’application de cette stricte de son arrêté.

Dans les états-majors des formations politiques concernés c’est la consternation et la colère. Les leaders ont du mal à digérer cette décision qu’ils jugent inique et arbitraire. Que vont-ils faire désormais ?

legende

Rejoignez notre newsletter!