Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 15Article 623404

Actualités of Vendredi, 15 Octobre 2021

Source: www.camerounweb.com

Barbarie, bavure : voici les vérités de l’évêque de Buea

Voici les vérités de l’évêque de Buea Voici les vérités de l’évêque de Buea

• L’évêque de Buea condamne la mort de la petite Caroline

• Il tire à boulet rouge sur l’armée camerounaise

• Il dénonce également l’assassinat de militaire par la population

Michael Miabesue Bibi, l’évêque du diocèse de Buea était jeudi 14 octobre 2021, dans la rue aux côtés de la population pour dénoncer les actes de violence qui ont engendré la mort d’une petite fille et d’un gendarme. Le responsable de l’église catholique de la localité revient sur les circonstances du drame.
« L'enfant innocent a été abattu par un gendarme en face de la cathédrale de la Miséricorde divine, à Molyko, Buea, alors que sa mère l'accompagnait à l'école. La foule en colère a attrapé l'officier de gendarmerie qui a commis l'acte alors qu'il tentait de s'échapper et l'a lynché à mort. La défunte Carolaise a été enterrée aujourd'hui vers 18h30 au cimetière paroissial de Saint Antoine de Padoue de la ville de Buea. Le diocèse de Buea organisera une messe spéciale pour prier pour elle dans un avenir proche », indique-t-il dans un communiqué.
Le prélat condamne l’assassinat de la petite Caroline. Le militaire ne devait pas selon l’évêque arraché la vie d’une personne parce que ce dernier a refusé de s’arrêter devant une barrière.

« Alors que nous nous préparons à célébrer une messe funéraire pour ce petit ange. Je joins ma voix à celle de tant d'autres pour condamner l'horrible fusillade d'une voiture qui a entraîné la mort d'un enfant innocent simplement parce que le conducteur n'a pas respecté les contrôles de sécurité. Je condamne également le meurtre de l'officier de gendarmerie qui a commis cet acte par la foule, car personne n'a le droit d'ôter la vie humaine », précise-t-il avant de dénoncer l’assassinat brutal du militaire. Ce dernier comme tout être humain a droit à la vie malgré ses péchés selon l’évêque.

« L'Eglise a toujours défendu le droit à la vie pour chaque individu. Ce droit découle du fait que toute personne humaine est créée à l'image et à la ressemblance de Dieu (Gn 1,27), et possède donc la dignité humaine, quelles que soient les circonstances. Même lorsque des personnes, par leurs actions, déshonorent la dignité d'autres personnes ou les privent de la vie humaine, comme dans le cas présent, nous devons reconnaître leur dignité humaine et leur droit à la vie, qui ne peut être perdu même par la plus vile des offenses », ajoute-t-il.

L’évêque fait un lien entre le drame de jeudi et la crise anglophone et appelle les hommes en uniforme à protéger davantage les populations civiles. Il estime que ces dernières sont victimes à la fois de la barbarie des militaires et des actes irréfléchies des groupes armés séparatistes.

« Depuis le début de la crise actuelle, la population civile continue de payer le prix des actions irréfléchies et de la violence choquante des forces de sécurité ou des groupes armés, ce qui a contribué, d'une manière ou d'une autre, à radicaliser certains d'entre eux. Je compatis à la douleur de la famille de la défunte Carolaise et de ceux qui ont perdu leurs proches dans des circonstances similaires. J'exhorte les forces de sécurité à faire preuve de plus de retenue dans la conduite d'opérations de sécurité qui pourraient mettre en danger la vie de civils innocents. Je présente mes condoléances aux familles endeuillées et vous invite tous à prier pour les morts. Continuons à prier pour la justice, la paix et l'harmonie dans notre pays », conclut-il.