Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 02Article 626416

Actualités Régionales of Tuesday, 2 November 2021

Source: Mutations

Bafang : un quadragénaire décède par noyade

C’est ce mort 'de trop' qui est à l’origine de la colère des populations de Kekem C’est ce mort 'de trop' qui est à l’origine de la colère des populations de Kekem

C’est ce mort «de trop» qui est à l’origine de la colère des populations de Kekem, qui réclament entre autres la construction d’un pont sur le Goum.

Le corps de Jules Eric Tchami a été retrouvé dimanche dernier par les sableurs dans la rivière du Goum à Kekem. L’infortuné, âgé de 43 ans, y avait disparu depuis trois jours. « J’étais en train de faire la lessive lorsque j’ai vu un corps qui flottait. J’ai aussitôt appelé mon-frère et je lui ai demandé qu’on cesse de travailler et qu on attrape ledit corps. Nous l’avons tiré jusqu’au bord. Puis nous avons alerté la police et la famille », rapporte un sableur.

Selon le témoignage de l’oncle du défunt, Jules Eric Tchami a traversé les eaux du Goum en pirogue dans la matinée du jeudi 28 octobre pour se rendre au champ. « Une personne qui faisait ses sillons au bord du Goum a dit avoir entendu quelque chose clapoter dans l’eau, comme un gros poisson. Elle,s’est rapprochée et a aperçu une nuque. Et la personne a tendu les mains en l’air, avant d’être engloutie par les eaux », raconte-t-elle.

Malheureusement, personne ne la croira lorsqu’elle alertera les populations qu’une personne a été entrainée par les eaux du Goum. « On a pensé à un morceau de bois. C’est aux environs de 12 h, lorsqu’une personne a vu une machette au bord de l’eau, l’a ramenée au quartier, qu’on l’a identifiée comme étant celle de Jules Éric », ajoute l’oncle.

Aux dires des populations de Kekem. ce cours d’eau fait des morts chaque année, du fait de l’absence d’un pont. C’est d’ailleurs ce mort Je trop qui est à l’origine de la co1ère des populations de Kekem, vendredi 29 octobre dernier. En effet, elles ont bloqué la nationale no 5 à l’aide d’un gros arbre qu’elles ont au préalable coupé avec une scie à moteur.

Le sous-préfet de Kekem, Alain Serges Befolo, le commandant de la brigade de gendarmerie de Kekem et le maire Dieudonné Kemeni ont effectué une descente sur les lieux pour échanger avec ces populations, qui réclament la construction du pont sur ce cours d’eau, dont le projet reste bloqué, alors que le gouvernement avait instruit sa construction dans le Bip 2016.

Rejoignez notre newsletter!