Vous-êtes ici: AccueilInfos2015 07 03Article 327427

Opinions of Friday, 3 July 2015

Journaliste: Le Monde

Au Cameroun, la montée d’un sentiment anti-français


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Paul Biya aura la photo qu’il recherche depuis seize ans : s’afficher aux côtés du chef de l’Etat français, pas sur le perron de l’Elysée, mais bien sur ses terres. La visite de François Hollande à Yaoundé, vendredi 3 juillet, la première depuis celle de Jacques Chirac en 1999, permettra peut-être au président camerounais de faire oublier un court instant les vives critiques contre son régime trentenaire. Seulement, François Hollande arrive-t-il au bon moment au Cameroun ? Sa visite survient dans un contexte où la France est fortement critiquée par une frange de l’opinion.

Début juin, le Conseil national de la communication suspend Afrique Media, une petite chaîne de télévision locale aux prétentions « panafricanistes ». Il est reproché à cette chaîne d’inciter à la haine, à la déstabilisation du pays et « de mettre en péril les relations entre le Cameroun et ses amis, en particulier la France ». Afrique Media n’a pas arrêté ses émissions et soutient que la décision des autorités ne visait qu’à faire taire ses journalistes à l’occasion de la venue du président français. « Nous dérangeons, car nous avons choisi de dénoncer les injustices que la France fait subir au continent africain », explique, grandiloquent, Albert Patrick Eya’a, son directeur de l’information, qui se défend d’être la tête de proue d’un sentiment anti-français au Cameroun.

Les « nouveaux panafricanistes »

Si, à Yaoundé, aucune agression n’a été enregistrée contre des ressortissants ou des intérêts français, comme cela avait pu être le cas en Côte d’Ivoire à partir de 2002, la violence des propos est troublante. En janvier, les « anti-Français » avaient instillé dans l’opinion l’idée que la France ne serait pas étrangère à la nébuleuse Boko Haram. Leur argumentaire, fait d’anathèmes et de contrevérités, n’avait pas tenu longtemps. « Notre méthode, c’est de prêcher le faux pour avoir le vrai », affirme encore aujourd’hui sans rire Albert Patrick Eya’a. Ainsi fonctionnent ceux qui tiennent la France pour responsable de la situation du Cameroun, où plus de 13 % des jeunes sont au chômage et où quatre personnes sur dix vivent en dessous du seuil de pauvreté.

« Il y a deux sortes d’anti-français : ceux qui le sont d’un point de vue idéologique et qui se prennent pour les héritiers des luttes anticoloniales, et ceux qui le sont par choix tactique, comme une manière d’exister », estime Jean-Baptiste Martin Amvouna Atemengue, 44 ans, auteur de Sortir le Cameroun de l’impasse (éd. L’Harmattan, 2003). Même si, selon lui, le pouvoir est parfois tenté de jouer de ce sentiment. « Les autorités n’ont pas de solutions aux problèmes structurels du pays, alors c’est commode que la France soit prise pour bouc émissaire », ajoute celui qui est pourtant un haut cadre du parti au pouvoir, un « biyaïste convaincu ».

Pour le député Joshua Osih, vice-président du Social Democratic Front (SDF), principal parti d’opposition à Paul Biya, « cette détestation de la France peut conduire à des violences et à une déstabilisation interne ». Le député de Douala est convaincu que le sentiment anti-français est orchestré par le régime. « Comment se fait-il que les rumeurs d’une influence de la France dans les actions de Boko Haram n’aient jamais été clairement démenties ? », se demande l’homme politique.

« Le sentiment anti-français s’appuie sur un élément important : la France n’a jamais reconnu qu’elle avait mené une guerre au Cameroun dans les années 1950 contre ceux qui se battaient pour l’indépendance. Ce déni entretient de la rancœur, il n’y a pas eu d’apaisement mémoriel, d’où tous ces amalgames », estime Haman Mana, journaliste et directeur du Jour, le plus grand quotidien indépendant au Cameroun. Il ne croit pas à un divorce entre les deux pays : « Le vrai problème, c’est la difficulté des gens à s’en sortir. » Le complot permanent

Pour se faire entendre, les « anti-français » ont trouvé de puissants relais médiatiques, politiques et même universitaires. Selon un responsable de l’université de Yaoundé I, un groupe d’enseignants « africanistes » ferait du lobbying pour introduire un cours sur le sujet au département d’histoire.

Leur postulat est que les modes de gouvernance actuels sont calqués de l’époque coloniale. Une figure est souvent mise à l’index : Louis-Paul Aujoulat, médecin français arrivé au Cameroun en 1935. Converti à la politique, il sera ministre de la France d’outre-mer et le précurseur de la Françafrique, selon les termes de l’historien Simon Nken. Dès les années 1950, Louis-Paul Aujoulat devient le mentor des futurs dirigeants camerounais. Parmi eux, un certain Paul Biya…

« Aujoulat a su jouer, à l’époque, d’une articulation de la société camerounaise qui demeure vraie : une forte tribalisation des rapports, analyse le sociologue Stéphane Akoa, chercheur à la Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique centrale, un think tank sis à Yaoundé. Ce qui entraîne autisme et paranaoïa. Cela conduit aussi à fonctionner uniquement à partir d’impressions, de perceptions. Il faut donc réhabiliter la pensée. »

Cette « tribalisation des rapports » a une autre conséquence : le complot permanent. Des théories existent en tout genre. Le complot aujoulatiste, le complot bamiléké (ethnie de l’ouest, économiquement puissante, souvent soupçonnée de velléités de renversement du régime), le complot nordiste (les ressortissants de la région septentrionale qui guetteraient la moindre occasion pour reprendre le pouvoir), le complot anglophone, selon lequel les Camerounais d’expression anglaise n’auraient d’autre objectif que de faire sécession. Le sentiment anti-français semble se situer dans cet ensemble de théories du complot.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter