Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 06Article 622108

Politique of Wednesday, 6 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Après l’incident de Bamenda, Cabral Libii réchauffe sa recette pour mettre fin à la guerre

Cabral Libii rappelle ses propositions pour une sortie de crise Cabral Libii rappelle ses propositions pour une sortie de crise



• Cabral Libii rappelle ses propositions pour une sortie de crise après la mésaventure du PM à Bamenda

• Il s’agit du fédéralisme communautaire + décentralisation aboutie. Puis alternance en 2025

• la mésaventure du premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute à Bamenda alimente toujours les débats.


La mésaventure du premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute à Bamenda dans le cadre de son périple de son périple de quatre jours dans la zone anglophone, continue de susciter des réactions. Les réactions se multiplient et certains profitent pour revenir sur les approches de solutions pour sortir de cet engrenage. C’est le cas du président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) Cabral Libii. Celui-ci après avoir regretté ce qui s’est produit à Bamenda a tenu à rappeler « sa recette » pour une sortie de crise.
Comme il en a l’habitude, Cabral Libii a réagi sur les réseaux sociaux après la mésaventure du premier ministre à Bamenda. Et il est allé sans détour pour revenir sur sa proposition de sortie de crise. « Quand on voit l'incident qui a ponctué la visite du PM Bamenda, on ne peut que constater que la situation n'est absolument pas sous contrôle. Notre recette est celle-ci : fédéralisme communautaire + décentralisation aboutie. Puis alternance en 2025 », a-t-il rappelé.

Il faut reconnaître que le leader du PCRN n’a cessé de rappeler ces propositions depuis bon moment. Mais manifestement, il ne reçoit guerre un écho favorable auprès des décideurs. Certains de ses détracteurs n’hésitent même pas à le critiquer avec véhémence. Il est mis en minorité à chaque fois qu’il « ose » sortir de ses gonds pour faire ces genres de propositions. Mais manifestement, l’opposant aussi ne compte pas abdiquer. Il compte sur sa témérité pour se faire entendre. Mais il serait aussi souhaitable que le débat soit lancé après l’échec du dialogue national de 2019 qui n’a pas réussi à faire ramener la paix dans le NOSO.

Faut-il le rappeler, les séparatistes ont mis en exécution leur menace en perturbant de manière ostentatoire la visite du premier ministre dans le NOSO en tirant des coups de feu à Bamenda. Ce dernier a dû interrompre l’activité qu’il tenait pour se mettre à l’abri.

Rejoignez notre newsletter!