Vous-êtes ici: AccueilInfos2017 12 26Article 429363

General News of Tuesday, 26 December 2017

Source: camer.be

Accidents de la route: au total dix morts le week-end dernier

Deux accidents de la circulation ont été enregistrés quelques jours avant la célébration de la fête de la nativité.

Au cours de la semaine qui s’est achevée, deux accidents de la circulation ont causé dix morts et plusieurs blessés graves dans la ville d’Edéa, région du Littoral, sur la nationale N3. Dans la nuit de de samedi à dimanche vers minuit, quatre personnes ont trouvé la mort dans cette ville industrielle, au lieu-dit Nkankazock. Un bus de 70 places de la compagnie de transport buca voyages, en provenance de Douala est entré en collision avec un véhicule semi-remorque qui roulait au sens inverse.

Selon les informations données par les responsables de l’agence buca voyages, le chauffeur du bus a vu son passage réduit à cause d’un camion qui était garé sur un virage. Cette situation a obligé le chauffeur du bus à se rabattre sur le côté afin de continuer son chemin. Sauf que plus loin, un grumier plein de bille de bois a fait irruption.

Les deux véhicules s’esquivent, mais le véhicule de buca voyage sera heurté lors du croisement par les billes de bois du grumier. Cet accident de la circulation a fait 12 autres blessés graves. Le chauffeur du grumier quant à lui, a continué sa course pour aller se réfugier dans un commissariat de la ville d’Edéa.

Les quatre corps identifiés, ont été conduits à la morgue de l’hôpital régional de d’Edéa. Dans la nuit du 20 décembre 2017, vers 21h, un autre accident de la circulation s’est produit au niveau de la décharge Alucam à Edéa, avec un bilan provisoire de six morts enregistrés sur place.

Dans un communiqué radio presse, le commandant du peloton routier motorisé d’Edéa fait savoir qu’un bus de l’agence touristique en partance pour Yaoundé est entré en collision avec un véhicule en provenance de Douala.

Les six personnes décédées au cours de cet accident de la circulation ont été calcinées. Jusqu’à l’acheminement des victimes à la morgue de l’hôpital régional d’Edéa, aucun corps n’était pas encore identifié.