Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueSamuel Ikome Sako

Célébrités du Cameroun

Politique

Samuel Ikome Sako

Militant

Ikome Bspline
Date de naissance:
N/A
Lieu de naissance:
Cameroun

Samuel Ikome Sako est le président du proto-État internationalement non reconnu de la République fédérale d'Ambazonie. Il a été nommé président par intérim un mois après que Julius Ayuk Tabe, le premier président, a été arrêté au Nigeria et extradé vers le Cameroun. Il a été licencié unilatéralement par Julius Ayuk Tabe en mai 2019, une décision qu'il a refusé de reconnaître. Cela a déclenché la crise du leadership ambazonien.

En termes de formation, il a étudié la théologie et est ministre ordonné et conseiller chrétien. Il a passé plusieurs années aux États-Unis, où il a été consultant en commerce et PDG. Il a également été président émérite du Community Humanitarian Emergency Board International (COHEB).

Après avoir été nommé président par intérim, l'une des premières priorités de Sako était d'unir les milices séparatistes sur le terrain sous une même bannière. En mars 2018, le gouvernement intérimaire a créé le Conseil d'autodéfense d'Ambazonie, une organisation faîtière destinée à inclure toutes les milices séparatistes. Alors que les Forces de défense d'Ambazonie ont refusé de se joindre, de nombreuses autres milices l'ont fait.

Dans son discours de fin d'année du 31 décembre 2018, Sako a déclaré que les séparatistes passeraient d'une stratégie défensive à une stratégie offensive. Il a annoncé qu'une police mobile serait créée, avec l'intention de capturer et de tenir le territoire, ainsi que de vaincre les milices pro-gouvernementales. Il a également promis de prendre des mesures contre toute personne impliquée dans les enlèvements de civils, y compris les éléments séparatistes.

Fin mars 2019, il a assisté à une conférence à Washington, D.C. où plus d'une douzaine de mouvements ambazoniens (y compris des fédéralistes) étaient représentés. La conférence a abouti à un accord pour s'unir sous un front commun et à la création subséquente du Conseil de libération du sud du Cameroun.

Le 2 mai 2019, un document signé par Ayuk Tabe déclarait que le cabinet intérimaire dirigé par Sako avait été dissous et que son propre cabinet avant l'arrestation avait été restauré. Le document exprimait la reconnaissance du travail accompli par le cabinet dirigé par Sako, mais affirmait que les luttes internes l'avaient rendu inapte à continuer; le cabinet intérimaire a perdu la capacité de réconcilier notre peuple et, ce faisant, a mis en péril l'identité et la mission du gouvernement intérimaire pour achever la décolonisation du sud du Cameroun en faisant progresser nos intérêts nationaux collectifs. La même déclaration indiquait que Sako continuerait à être président par intérim pour le moment et qu'ils chercheraient un nouveau chef dans trois mois. Cette décision n'a pas été reconnue par le cabinet dirigé par Sako, qui a refusé de se retirer. En juin 2019, le Conseil de restauration d'Ambazonie a mis en accusation Ayuk Tabe pour "trahison". Ce développement a été condamné par Ayaba Cho Lucas du Conseil d'administration d'Ambazonie, qui a soutenu Ayuk Tabe en dépit d'être un rival du gouvernement intérimaire.

En juin 2019, Sako a confirmé que le gouvernement intérimaire était en train de négocier avec le gouvernement du Cameroun.

En novembre 2019, des sources pro-séparatistes ont rapporté que Sako et ses partisans avaient changé son titre de président par intérim par intérim en président, dans le but de remplacer définitivement Ayuk Tabe même si ce dernier serait un jour libéré.