Vous-êtes ici: AccueilPaysPeopleMusiqueSam Mbendè

Célébrités du Cameroun

Musique

Sam Mbendè

Chanteur

SAMM.jpeg
Date de naissance:
1960-05-30
Lieu de naissance:
Douala

Né le 30 mai 1960 à Douala, Sam Mbendè est un artiste chanteur camerounais. Lui qui n’a pas toujours été aidé par la providence, est à la fois un musicien chanteur adulé par les fans, et un producteur d’œuvres à succès. Son côté battant, d’aucuns l’explique par le fait qu’il n’a pas vécu longtemps sous le même toit que ses parents. Ce n’est pas pour autant que le petit Sam va abandonner ses études. Il obtiendra son probatoire au lycée classique de Bertoua.

Originaire de Douala, Sam Mbembé Ebobisse subit l’influence d’eson oncle Richard Epée Mbende, surnommé "Epée d’or", l'un des créateurs pionniers du Makossa. Il quitte le Cameroun en 1981 pour Bruxelles (Belgique) ; et, au collège Saint Michel précisément, il obtiendra le baccalauréat B. Sam Mbendè va ensuite se rendre aux Etats-Unis, où il suivra, pendant trois années, des cours de musique dans la région de Berkley. Il s’y spécialise notamment dans l’arrangement des harmonies musicales. En 1991, il finit par obtenir une licence en droit à l’Université de Louvain en Belgique. Parallèlement, il s’inscrit à l’Institut des Hautes études protestantes de théologie et obtient le baccalauréat en théologie, suivi d’un Deug en philosophie. Avec cette once d’insatisfaction qui le pousse à la perfection, il passe une licence spéciale en matière de droit d’auteur et d’édition musicale. C’est à ce titre qu’il deviendra, plus tard, administrateur délégué de deux sociétés musicales audiovisuelle et cinématographique à Bruxelles et au Grand Duchée de Luxembourg.

Tombeur, sa carrière d’artiste se poursuit concomitamment. Avec Guy Nsanguè et Etienne Mbappè, il fait partie, de 1983 à 1987, du groupe afro-américain dénommé Sky Loves, qui diffusera trois albums, dont deux platines d’argent. Le premier album solo de l’artiste, « Nobra », une marque de bière brassée par les Nouvelles brasseries de Pierre Tchanque, interviendra quant à lui en 1986. Sans grand succès. Mais, l’échec est vite rattrapé avec la sortie de "Mota Jango" (mauvais chasseur) un an plus tard. Un titre porté par le nouveau canal de promotion qu’offre la télévision. Depuis lors, Sam Mbendè, qui s’est illustré comme tombeur invétéré depuis ses années de lycée à Bertoua, multiplie les odes aux femmes et n’est presque plus jamais passé à côté du succès populaire. Un inoubliable featuring avec Mercy Capela en 1988 et vendu à 60 000 exemplaires en Afrique du Sud ; "Chikida" en duo avec Alexia Waku en 1990. La chanson "Deep in my heart" du même album est par ailleurs vendue à 300.000 exemplaires en single CD. L’album vaudra, en plus, à Sam Mbendè le "Prix Rfi" du meilleur arrangeur de l’année 1990. En 1992, l’album Mona Lisa, avec Tatiana, est de la même veine. En Belgique, au Canada et en Allemagne il est vendu à quelque 240.000 exemplaires. Autre exploit à son actif, en 1999, Sam Mbendè réalise, comme directeur artistique et producteur exécutif, le tube "Etam" qui révèlera le groupe Macase. Dernier chef-d’œuvre en date, toujours en 1999, l’artiste publie l’album "Oh mama" dans lequel on retrouve le titre "Rosita".

Sa carrière solo démarre avec la sortie en 1986 de « Nobra » suivi un an plus tard de « Mota jango » (mauvais chasseur). Il multiplie les featuring, avec Mercy Capela en 1988 et Alexia Waku en 1990 et décroche le prix RFI la même année pour ‘’Deep in my soul’’. Deux ans plus tard, sort « Lisa », avec Tatiana, qui connait un brillant succès en Europe. Directeur artistique et producteur exécutif du titre "Etam" qui révèle le groupe Macase, il sort en 1999 l’album « Oh mama » contenant le tube "Rosita".