Vous-êtes ici: AccueilPaysPeopleTechnologyMiranda Ijang Teboh Ewungkem

Célébrités du Cameroun

Technology

Miranda Ijang Teboh-Ewungkem

Mathématicienne

Mirandaaa.jpeg
Date de naissance:
1974-00-00
Lieu de naissance:
Cameroun

Miranda Ijang Teboh-Ewungkem née en 1974 au Cameroun est une mathématicienne et professeur d'université camerouno-américaine. Ses recherches portent sur le domaine des équations différentielles ordinaires et partielles et des méthodes statistiques de modélisation de la dynamique et de la transmission des maladies infectieuses. Elle est co-éditrice de l'International Journal of Applied Mathematics & Statistics (IJAMAS) depuis 2006. Elle a prononcé des discours liminaires en tant que conférencière invitée à de nombreuses conférences, y compris le discours liminaire lors de la conférence de 2010 de la Southern Africa Mathematical Sciences Association (SAMSA) à Gaborone, au Botswana, en présence de représentants du gouvernement et des chefs de l'Université du Botswana.

Teboh-Ewungkem a étudié à l’Université de Buea au Cameroun, où elle a obtenu une mineure en informatique, un baccalauréat ès sciences en mathématiques en 1996 et une maîtrise ès sciences en mathématiques en 1998. De 1998 à 2002, elle a mené des recherches à l’Université Lehigh de Bethléem (Pennsylvanie), où elle a obtenu sa maîtrise ès sciences en statistiques en janvier 2003. En mai 2003, elle y a fait son doctorat.

Biologie mathématique, techniques de perturbation, equations différentielles, méthodes statistiques, son intérêt est le développement de modèles applicables aux phénomènes de transport des capillaires aux tissus. Des extensions à ce domaine de recherche existent, y compris un flux instable pour la posologie et l'administration de médicaments à la croissance tumorale en chimiothérapie anticancéreuse. Miranda est intéressée par ces applications. Les mathématiques impliquent la résolution d'équations aux dérivées partielles et également l'utilisation de techniques asymptotiques et de perturbations dans l'analyse d'équations aux dérivées partielles.

Elle s’intéresse également à l'utilisation des équations aux dérivées ordinaires ou partielles ou aux deux, et aux méthodes statistiques pour modéliser la dynamique et la transmission des maladies infectieuses. Son objectif principal jusqu'à présent a été de modéliser la maladie du paludisme, en mettant l'accent sur la lutte contre le paludisme.

Elle se focalise également aux mathématiques qui traitent de l'inflammation chronique de la peau, un processus par lequel les cellules dendritiques (CD) prélèvent constamment des antigènes dans la peau et migrent vers les ganglions lymphatiques où elles induisent l'activation et la prolifération des cellules T.

En 2009, grâce à une subvention de la National Science Foundation, elle a organisé un atelier international et une conférence à l'Université de Buea pour les collèges et universités d'Afrique, des États-Unis et d'Europe afin de partager des idées sur l'utilisation des mathématiques pour des problèmes de santé tels que le paludisme et le SIDA.