Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueLouis Tobie Mbida

Célébrités du Cameroun

Politique

Louis-Tobie Mbida

Homme politique

Tobie.jpeg
Date de naissance:
1956-04-21
Lieu de naissance:
Paris

Louis-Tobie Mbida, né le 21 avril 1956 à Paris XIIIe (France), est un homme politique camerounais, aîné des quatre fils d'André-Marie Mbida, premier chef d'État du Cameroun Oriental, chef du gouvernement camerounais du 16 mai 1957 au moment où le Cameroun accède à son autonomie interne.

Il a fait ses études secondaires au collège Vogt de Yaoundé et obtient son baccalauréat D au lycée Général-Leclerc en 1976. En 1977-1979, après deux ans au département de chimie et biologie de la faculté des sciences de l'université de Yaoundé, il va continuer ses études en Allemagne à l'université de la Sarre et obtiendra son diplôme d'État allemand de médecine en 1986.

Il passe avec succès un certificat de biologie cellulaire auprès du prof. G. Feldmann ; un certificat de génétique humaine auprès des profs. Fellous et Grandchamp ; un certificat de biologie moléculaire auprès du Prof J. Elion - à l'université Paris VII-Denis-Diderot entre 1998 et 2000.

En 2001, il obtient un DEA (diplôme d’études approfondies) de biologie et pathologie des épithéliums auprès du prof. G. Feldmann à la faculté de médecine Xavier-Bichat de l'université Paris VII-Denis-Diderot - et un DU (diplôme universitaire) de diagnostic et thérapeutique du couple infertile auprès des profs. Friedman et S. Hamamah à l'hôpital Antoine-Béclère, université Paris XI. Il obtient enfin en 2003-2005, une CMU (capacité de médecine d'urgence) auprès du Pr Carli, Samu de Paris Université Paris Descartes.

Louis-Tobie Mbida, c’est aussi l'actuel président du Parti des démocrates camerounais. Médecin de formation, il devient président du Parti des démocrates camerounais dès sa ré-légalisation en 1991. L'année 1990 au Cameroun sera politiquement celle d'Anicet Ekane et de maître Black Yondo qui oseront porter plainte contre l'État du Cameroun et revendiquer la restauration du multipartisme au Cameroun. Le discours de La Baule, la chute du mur de Berlin, les revendications du SDF clandestin de Ni John Fru Ndi à Bamenda où seront tués six Camerounais vont mettre la pression sur le président Biya et promouvoir les vingt lois sur les libertés qui légaliseront le multipartisme au Cameroun dès 1991. Les détracteurs de Louis Tobie Mbida lui reprochent d'avoir soutenu la candidature de Paul Biya à l'élection présidentielle de 1992. Cependant, ses admirateurs notent qu'il n'a jamais milité au sein du parti unique (RDPC-ex UNC) comme la quasi-totalité des hommes politiques du Cameroun de 2009.

Louis Tobie Mbida a aussi écrit un livre vérité dans lequel il rappelle certaines des expériences qui ont marqué sa jeunesse et forgé son caractère. Son histoire personnelle et les rencontres réalisées depuis son entrée en politique en 1990 ont nourri ses convictions et tracé sa ligne politique.

Louis-Tobie Mbida a décidé en 1997 de choisir l'exil volontaire en Europe et de se mettre ainsi en réserve de la République tout en continuant à réfléchir en comité restreint et souvent avec tous les hommes et femmes de bonne volonté au niveau de la communauté internationale aux voies et moyens les meilleurs, excluant toute violence, pour restaurer la démocratie au Cameroun et doter le pays d'institutions fortes au service de tous les camerounais. Louis-Tobie Mbida, de retour au Cameroun le 2 septembre 2010, se fait séquestrer le 23 février 2011 dans un bâtiment appartenant à l’Église catholique, alors qu'il tentait d'exposer son projet de société.