Vous-êtes ici: AccueilPaysPeopleRadio & TéléJean Pierre Amougou Belinga

Célébrités du Cameroun

Radio & Télé

Jean-Pierre Amougou Belinga

Homme des affaires

Amougouuu
Date de naissance:
1965-02-20
Lieu de naissance:
Nkoumadzap

Jean-Pierre Amougou Belinga, né le 20 février 1965 à Nkoumadzap dans la Mefou-et-Akono (arrondissement de Mbankomo), est un homme d'affaires camerounais. Il est propriétaire du groupe de presse l'Anecdote et possède la chaîne de Télévision Vision 42 et Télésud. Il est polygame et épouse en deuxièmes noces Sarah Limunga Itambi, l’avocate générale de la Cour suprême.

L'enfance de Jean-Pierre est marquée par la « pauvreté et la misère ». Ses parents sont cultivateurs. Daniel Belinga - son père, protecteur - ne scolarise pas ses nombreux enfants. Abena Amougou, sa mère, est plus investie dans l'éducation de ses enfants. Lors d'une interview réalisée par Ernest Obama, il livre son curriculum; de l'enfance très modeste vers la tête d'un empire médiatique en passant par les débuts comme journaliste. Il y nomme les personnes qui ont croisés sont parcours.

Vendeur d’eau glacée à la sauvette, il travaille par la suite à la Régifercam grâce à l'entregent de son oncle. Il travaille aussi comme laveur d’assiette puis serveur dans un restaurant, où il goutte à de la viande. Sans fortune, il tire le pousse-pousse à Yaoundé dont il finit par connaître toutes les collines.

A Yaoundé, sa passion pour le monde de la presse est couronnée par sa rencontre avec Georges-Gilbert Baongla qui le prend sous son aile. Il s'en sépare sur une question de partage des recettes obtenues en échange des reportages réalisés. Georges-Gilbert Baongla n'acceptera pas cette séparation et écumera les plateaux des médias pour dénoncer la protection et les faveurs dont son ancien poulain bénéficie auprès des ministres du régime. En 2019, ce dernier est condamné et enfermé à la prison centrale de Kondengui pour diffamation contre Jean-Pierre Amougou Belinga.

Jean-Pierre Amougou Belinga devient en 1995 directeur de publication du journal l'Anecdote. Il explique la croissance de ses entreprises aux appuis de l'élite administrative et politique beti - dont Jacques Fame Ndongo - favorable à l'émergence d'un groupe de presse tenu par un homme du sud Cameroun. Ce groupe soutiendrait l'action du gouvernement et viendrait en contrepoids aux groupes privés existants; en majorité tenus par une élite de l'ouest et supposée hostile au pouvoir de Paul Biya.

Du journal l'Anecdote émergera le reste du groupe, avec Satellite FM, Vision 4 Tv, Vision Finance en économie, ISSAM en éducation et ses partenariats avec des gouvernements de Centrafrique et du Congo Brazzaville. En juillet, il visite les travaux de construction des tours jumelles; futurs sièges du groupe l'Anecdote à Yaoundé. Il annonce, à la sortie de cette visite, la construction d'une "Bibliothèque Paul Biya" de 500 millions de FCFA au sein du campus de l'ISSAM à Yaoundé.

Avec quelques organes de presse, son journal l'Anecdote est au cœur d'un scandale d'état avec la publication d'une liste de 50 hautes personnalités de l'état supposées homosexuelles. Owona a poursuivi Belinga en février 2006 après que L'Anecdote ait publié son nom dans la liste controversée en janvier, lorsque certains tabloïds camerounais ont lancé une croisade contre ce que leurs rédacteurs en chef qualifiaient de "comportement déviant".

Avant de rendre son jugement lors du procès de deux semaines, le juge Alexandre Amougou Anaba a déclaré que Belinga n'avait produit aucune preuve à l'appui de son allégation selon laquelle Owona était gay, et les avocats d'Owona ont déclaré que leur client avait nié s'être jamais livré à des pratiques homosexuelles. La publication de son nom dans la liste avait gravement porté atteinte à sa réputation et exposé sa famille au ridicule, ont-ils déclaré.

En plus d'être emprisonné pendant quatre mois, le tribunal a également condamné Jean Pierre Amougou Belinga, à verser une indemnité symbolique de 1 franc CFA à Grégoire Owona. Belinga doit également payer une amende d'un million de francs CFA à l'État et faire en sorte que le jugement soit publié via 15 journaux locaux et internationaux, des stations de radio et de télévision et pour chaque jour qui passe sans la publication du jugement, Belinga doit payer 300000f au ministre lésé.

Dès la fin du mois de juin 2020 à début juillet 2020, sur quelques jours, une série d'affaires, médiatisées dans la presse camerounaises et sur les réseaux sociaux, éclaboussent Jean-Pierre Amougou Belinga:

*Le limogeage d’Ernest Obama, son journaliste vedette, du poste de directeur général de Vision 4 TV est retransmis sur la même chaîne avec détails ; ce dernier est déchaussé et ira en garde à vue pour 8 jours. Ceci fait l'objet de plusieurs jours de traitement dans les organes de presse du groupe.

*Les nominations, limogeages qui en suivent comme celle de Jean Jacques Ze.

*Les accusations sur les Beti d'être « foncièrement paresseux, malhonnêtes, sournois, cyniques et méchants »provoquent des réactions et débats.

*Les échanges avec l'ex-ministre Patrice Amba Salla sur le manque de gratitude suite à l'achat d'un terrain à 80 millions de FCFA à Kribi.

*La diffusion d'échanges téléphoniques avec l'ambassadeur du Cameroun en RCA, l'accusation des "gens de l'ouest" (les bamiléké) d'être des « pauvres types » et la réaction de l'ambassadeur à sa hiérarchie. Sur les réseaux sociaux, des personnes telles Chantal Ayissi, Longuè Longuè le soutiennent et d'autres comme Marlène Emvoutou, Jean-Claude Mbede Fouda, décrient Amougou Belinga.

Le 08 juillet 2020, un échange téléphonique - ayant fuité sur les réseaux sociaux - avec Nicolas Nzoyoum, ambassadeur du Cameroun en RCA, est attribué à Jean-Pierre Amougou Belinga. Ce dernier sermonne et acculé l'ambassadeur pour n'être pas venu à l'inauguration de TVCA, la téléviion nationale de Centrafrique, reconstruite par son groupe. Le 09 juillet 2020, l'ambassadeur, dans un compte rendu au ministre des relations extérieures Lejeune Mbella Mbella, reconnait l'apport de Vision 4 et du groupe de presse l'Anecdote dans les relations entre les 2 pays. Il dénonce cependant les montants avancés et le ton "orgueilleux et insultant" de Jean-Pierre Amougou Belinga.

Le 17 Août 2020, un enregistrement d'une conversation supposée se tenir entre Jean-Pierre Amougou Belinga et Serge Ekobo évoque l'intermédiation de ce dernier supposé employé à la présidence, pour réconcilier Jean-Pierre Amougou Belinga et René Mbarga Nguélé, le chef de la police et du renseignement camerounais; en service à la présidence.

Le vendredi 21 Août 2020, dans un communiqué, Jean-Pierre Amougou Belinga annonce la suspension des activités du groupe l'Anecdote (Vision 4 TV, Satellite FM et Le Journal l'Anecdote). Dès le 21 Août, la musique est diffusée en boucle sur la chaîne TV.