Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueEdith Kah Walla

Célébrités du Cameroun

Politique

Edith Kah Walla

Edith Kahbang Walla

Kah Walla Bicubic
Date de naissance:
1965-02-28
Lieu de naissance:
Ibadan

Edith Kahbang Walla, dite Kah Walla, née le 28 février 1965 à Ibadan au Nigéria, est une cheffe d'entreprise et femme politique camerounaise, candidate à l'élection présidentielle 2011.

Elle est entrée en politique en 2007 avec le Front social-démocrate (SDF), le principal parti d'opposition camerounais et a ensuite été élue au conseil municipal de Douala I. En 2010, elle a démissionné du SDF suite à une divergence de stratégie et a déclaré son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2011 le 23 octobre 2010. Le 30 avril 2011, elle a été élue présidente du Parti populaire camerounais (CPP) et candidate du parti à l'élection présidentielle de 2011.

Kah Walla est la PDG du cabinet STRATEGIES !, un cabinet de conseil en leadership et management qu'elle a fondé en 1995. Elle a été reconnue en 2007 par la Banque mondiale comme l'une des sept femmes entrepreneurs influentes en Afrique et a été comptée parmi les 150 femmes qui font bouger le monde par Newsweek.

Son père, John Solomon Walla, était avant sa mort directeur d'un cabinet de conseil détenu par John Ngu Foncha et Salomon Tandeng Muna, puis inspecteur général, directeur de la navigation à Douala et enfin représentant du Cameroun à la Conférence ministérielle des États de l'Afrique de l'Ouest et du Centre sur Transports maritimes à Abidjan. Sa mère, Grace Ebako Walla, maintenant à la retraite, détient deux doctorats: un en santé publique et un en éducation sanitaire; elle a dirigé l'ONG CAMNAFAW (Association nationale camerounaise pour la protection de la famille). Kah est célibataire avec sept enfants adoptés.

Walla a commencé ses études primaires à l'école américaine de Yaoundé. Elle a poursuivi ses études à l'Académie de Côte d'Ivoire de Bouaké en Côte d'Ivoire. Après avoir obtenu son diplôme, elle a été admise à l'Université Howard à Washington où elle a obtenu son B.Sc en zoologie et a étudié pour une maîtrise en administration des affaires en 1990.

Walla dit que sa famille a toujours été une source de motivation et d'inspiration pour elle dans le domaine politique. Elle a acquis de l'expérience au fil des ans avec le soutien d'un de ses collègues du SDF lors de la rédaction du dernier discours pour le président du SDF Ni John Fru Ndi lors de sa campagne en 1992. Elle a été conseillère et formatrice du parti jusqu'en 2007, date à laquelle elle a décidé de rejoindre officiellement le parti et a été élue conseillère dans la ville de Douala. En 2010, elle s'est opposée à la décision du parti interdisant à ses militants de participer à l'enregistrement des électeurs en cours. Elle a ensuite été accusée de manque de responsabilité dans la gestion des fonds du parti. Le 23 octobre 2010, elle a démissionné du SDF et a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2011.

Elle a été élue présidente du Parti populaire camerounais le 30 avril 2011, succédant à Samuel Tita Fon qui a fondé le parti en 1991. Elle est généralement considérée comme la première femme à se présenter à l'élection présidentielle au Cameroun.

Pour attirer le maximum de jeunes avant les élections présidentielles, elle a encouragé l'inscription sur les listes électorales du pays. La campagne de sensibilisation lui a permis de s'adresser à plus de 500 000 Camerounais en très peu de temps. Elle s'est présentée à la présidence avec 22 autres candidats, dont Paul Biya, John Fru Ndi. Elle a fait campagne sous le slogan "Kah Walla 2011 - Le temps est venu". Elle a été classée 6e sur 23 candidats, avec 0,72% des voix, à la fin de l'élection qui a été remportée par le président sortant Paul Biya.

En mars 2019, elle a suscité la controverse et les critiques de nombreux Camerounais anglophones pour les propos qu'elle a tenus lors d'une table ronde à l'Elliott School of International Affairs de l'Université George Washington. Elle s'exprimait lors d'un événement intitulé «Crise au Cameroun». Assise aux côtés du directeur de l'Institut d'études africaines, Jennifer Cooke et R. Maxwell Bone, et un étudiant de l'université qui avait passé du temps dans les régions anglophones du Cameroun, elle a fait des commentaires accusant les sécessionnistes anglophones opérant à partir de la diaspora de mensonges et d'hypocrisie. Les remarques qu'elle a faites ont suscité l'accord de Jennifer Cooke et de R. Maxwell Bone et sont ensuite devenues virales sur les réseaux sociaux. Cela a conduit les autres panélistes à critiquer leur partialité et à s'opposer à la sécession anglophone, et à les accuser de vouloir devenir ministre dans le gouvernement actuel de Paul Biya. Elle, avec les deux autres panélistes, a déclaré que les commentaires avaient été sortis de leur contexte et qu'elle, Bone et Cooke, avaient critiqué le gouvernement camerounais pendant d'autres parties du groupe.

À la suite du panel, elle et R. Maxwell Bone ont été soumis à des menaces de mort et à des intimidations de la part d'individus affiliés à la cause ambazonienne. Cela a été particulièrement inquiétant pour R. Maxwell Bone qui travaille beaucoup avec des ONG au Cameroun anglophone. Kah réside à Douala, les menaces n'ont donc pas été considérées comme un danger immédiat pour elle. Depuis l'été 2019, elle continue de faire l'objet de menaces, de désinformation et d'intimidation. Des affirmations ont été faites que cela montre la vraie nature des sécessionnistes ambazoniens, une affirmation que les sécessionnistes nient.

Prix et distinctions : Kah Walla a reçu plusieurs prix et distinctions en tant qu'entrepreneur et en tant que militante :

-En 2007, elle est reconnue par la Banque mondiale, dans son rapport Doing Business: Women in Africa, comme l'une des sept femmes entrepreneurs qui travaillent à améliorer l'environnement des affaires au Cameroun.

-En 2010, elle est citée par les magazines américains Newsweek et Daily Beast comme l'une des 150 femmes qui font bouger le monde.

-En 2011, elle reçoit le Vital Voices Global Leadership Award in public Life.

-En 2014, elle est titulaire du DVF Award (remis par Diane Von Furstenberg).

-En 2015, elle est récipiendaire du Vital Voices Vanguard Award 2015.