Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueEbenezer Derek Mbongo Akwanga

Célébrités du Cameroun

Politique

Ebenezer Derek Mbongo Akwanga

Militant

Akwanga Bspline
Date de naissance:
1970-00-00
Lieu de naissance:
Tiko

Ebenezer Derek Mbongo Akwanga est un militant indépendantiste ambazonien (camerounais anglophone) né en 1970 à Tiko. Il est le président du Mouvement de libération du peuple africain, un mouvement séparatiste ambazonien, et dirige sa branche armée, la SOCADEF.Ancien étudiant de l'Université de Buea, lui et son collègue militant Ayaba Cho Lucas ont fondé une association étudiante indépendantiste. Leur mouvement a rapidement été interdit et en 1997, Akwanga a été emprisonné pendant six ans.

Après son évasion de prison, il s'est associé au Conseil national du Cameroun méridional (SCNC). Lorsque le SCNC s'est divisé en plusieurs factions, il est devenu le leader de la Southern Cameroons Youth League (SCYL). Le SCYL s'est finalement transformé en Mouvement de libération du peuple africain (APLM). En mars 2019, il a supervisé la participation de l'APLM à la fondation du Conseil de libération du Cameroun méridional, dans le but de former un front uni. Akwanga est également un défenseur du cas du Biafra et s'est prononcé en faveur d'une alliance entre les mouvements indépendantistes ambazoniens et biafrais. Il a appelé à des référendums sur l'indépendance à la fois dans le sud du Cameroun (y compris Bakassi) et au Biafra.

Ebenezer Akwanga est devenu un militant politique en 1993, faisant initialement campagne pacifiquement pour les droits du peuple du Cameroun méridional en tant que leader étudiant de l'Union des étudiants de l'Université de Buea qui travaillait avec le Conseil national du Cameroun méridional (SCNC). Il a pris une part active au soulèvement de mars 1997 contre l'oppression et la discrimination du gouvernement camerounais. Il a été arrêté et jugé par un tribunal militaire. Au cours des six années suivantes, il a subi une série de graves violations des droits humains de la part de la République du Cameroun. Ceux-ci comprenaient la torture, la détention au secret et diverses formes d'abus en prison, notamment le fait d'être détenu dans des conditions extrêmement surpeuplées et insalubres, le manque de nourriture appropriée et des soins médicaux totalement inadéquats. Il a souffert de paralysie des membres inférieurs et de troubles de la vision à la suite de tortures et a passé plus de 700 jours à l'isolement. En 1999, il a été condamné par le tribunal militaire à 20 ans de prison. En 2003, il s'est enfui au Nigeria et de là, après environ 30 mois d'évasion d'arrestation, il a été réinstallé aux États-Unis où il vit aujourd'hui. Depuis les États-Unis, Akwanga a continué la lutte pour le peuple camerounais du Sud. L'ONG REDRESS a déposé une pétition au nom d'Ebenezer auprès du Comité des droits de l'homme des Nations Unies (UNHRC) pour de multiples violations du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), y compris la torture, au cours de la période 1997 à 2003. Dans une décision unanime prise le 22 mars 2011, l'UNHRC a fait droit à la requête introduite par REDRESS au nom d'Ebenezer contre le Cameroun. La pétition affirmait de multiples violations du PIDCP. En 2011-2014, Ebenezer Akwanga, Ayaba Cho Lucas et d'autres partisans de l'indépendance ont fondé un gouvernement du Cameroun méridional affilié à une branche armée, la SOCADEF. Le gouvernement a signé des accords avec deux entreprises publiques canadiennes pour promouvoir les futurs actifs et ressources dans le sud du Cameroun et contester légalement la propriété. La presse contrôlée par le gouvernement camerounais a par la suite crédité le gouvernement d'Akwanga d'être l'un des principaux acteurs de la déclaration d'indépendance d'octobre 2017 d'Ambazonie.

La déclaration d'indépendance d'Ambazonie d'octobre 2017 a permis à Akwanga de revitaliser et d'armer la SOCADEF (Force de défense du sud du Cameroun) en tant que force d'autodéfense. Selon International Crisis Group, la SOCADEF est l'une des plus grandes unités armées opérant en Ambazonie. Akwanga a également été extrêmement actif sur le front diplomatique avec des apparitions notées au Ghana, en Afrique du Sud, au Malawi et dans de nombreux autres endroits au nom d'Ambazonie.