Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueDjeukam Tchameni

Célébrités du Cameroun

Politique

Djeukam Tchameni

Djeukam Tchameni

Djeukam Tchameni 0
Date de naissance:
1961-03-01
Lieu de naissance:
Nkongsamba

Djeukam Tchameni est un militant et homme politique camerounais. Il est né le 1er mars 1961 à Baré, village de Nkongsamba (département du Moungo). Il exerce la profession d'ingénieur, entrepreneur et informaticien.

En 1979, l’homme politique avec d’autres jeunes panafricains créent à l'Université de Yaoundé le club d'étude et de réflexion sur la culture africaine (Cerca), éditeur du bulletin de liaison L'éveil. Dans ce groupe, on trouve des noms comme Joseph Achille Mbembé.

Il crée aussi Intelar, une entreprise de services informatiques à Douala, après des études à l'étranger et propose le premier ordinateur "tropicalisé" d'Afrique. Cette entreprise offre des solutions en B2B aux entreprises locales et institutions (à l’exemple des établissements scolaires) d'initiation, de numérisation et de vulgarisation dans un contexte d'informatisation naissante.

À son retour au Cameroun en 1986, il crée le parti panafricaniste (P2), organisation proche de l'UPC des fidèles. C'est cette plate-forme qui créera CAP Liberté qui fera de lui l'une des figures du retour au pluralisme des années 1990 au Cameroun. Il crée le Mouvement pour la Démocratie et l'Interdépendance (MDI), dont le siège est Bonassama (Bonabéri).

Opposant au régime de Paul Biya dans les années 1990, il milite aux côtés des Anicet Ekane, Yondo Black. Il est alors auteur de plusieurs plaintes contre Paul Biya - notamment en Belgique - il a été arrêté et interrogé plusieurs fois par la police camerounaise.

Pendant son exil au Burkina Faso, il est le point de chute des étudiants du "parlement" exilés au Burkina-Faso.

En juillet 2020, avec une délégation d'activistes des années de braise politique; les Henriette Ekwe, Mboua Massok, élargie à de nouveaux acteurs, et dans le cadre de C3, ils sont reçus et échangent avec le roi des Bamendjou, sa majesté Jean-Rameau Sokoudjou. Rencontre que le préfet de la République qualifie d'acte de rébellion dans une lettre de menace.