Vous-êtes ici: AccueilPaysPeoplePolitiqueDelphine Medjo

Célébrités du Cameroun

Politique

Delphine Medjo

Sénatrice

Medjoo.jpeg
Date de naissance:
N/A
Lieu de naissance:
Douala

Delphine Medjo née le 09 mars 1941 à Douala, est une sénatrice camerounaise. Son père, Mvelle Martin, Bulu originaire de Mboabang dans le Département du Ntem était Infirmier à Douala quand il rencontre sa mère DALLE Louise Douala de Bonapriso. Elle grandit dans une Fratrie composée de deux frères et d’une Soeur. La maison familiale à Douala est déjà le lieu de ralliement de tous notamment des Bulus qui résidaient ou étaient de passage à Douala. Le surnom de son Père était « A kaman ayon » = Defenseur du Peuple.

Douée pour les études et sérieuse, sa jeunesse se passe à Douala d’abord à Ecole des jeunes filles de Douala puis à l’Ecole Normale des instituteurs de Nkongsamba. Elle est ainsi diplômée de la première promotion. Elle devient ainsi enseignante à l’Ecole publique de New-Bell Bassa à Douala. Quelque temps après, elle reçoit la proposition du Premier Ministre, Charle Assalé, de travailler à Ebolowa où il y avait un grand besoin d’enseignants qualifiés. Elle accepte ainsi d’être affectée à l’Ecole publique d’Adoum à Ebolowa. Elle partira par la suite pour l’Ecole Urbaine.

Elle exerce les fonctions de Directrice d’école (1966-1975). Son travail étant reconnue, elle est promue Inspectrice de l’enseignement primaire et maternel, puis provinciale dans le Sud (1989-1992). Elle bénéficie d’un stage de perfectionnement professionnel à Paris.

Delphine a été membre d’Enfance Joyeuse du Cameroun, membre de la ligue Camerounaise de la Culture, de l’Education Populaire et de l’enseignement. Elle fut ainsi Déléguée de ce mouvement dans la Province du Sud. Elle entre en politique en 1962 à Douala dans l’Union Camerounaise comme simple militante, ce qui lui permet de faire la connaissance de Charles Assale alors Premier Ministre du Cameroun Fédéral. Une fois rentrée à Ebolowa, la première Dame, Germaine Ahidjo arrive à Ebolowa pour l’inauguration de l’hôpital d’Ekombitié, le Premier Ministre Charles Assale lui propose alors de rester aux côtés de la première dame de l’époque pendant tout son séjour d’Ebolowa. Compagnie qu’elle a bien tenue.

Elle entre définitivement en politique à l’OFUNC (l’organisation des femmes d’union nationale camerounaise). Elle est conseillère dans la commune d’Ebolowa en 1969. Présidente de la section de l’organisation des femmes de l’UNC dans le Departement du Ntem de 1976 à 1981 qui regroupait l’actuel département de la Mvila et celui de la Vallée du Ntem., puis présidente de la Section OFRDPC de la Mvila.

Conseillère municipale sans discontinuer, elle participe à toutes les actions de la marche de son parti le Rdpc. Au terme de 30 ans de vie politique intense, Delphine est élue Députée dans la Liste RDPC au scrutin du 1er mars 1992. Elle participe à l’élaboration de la nouvelle constitution du 18 janvier 1996 qui verra l’introduction du Senat comme deuxième chambre du parlement, la transformation des provinces en régions et la création du Conseil Constitutionnel.

Delphine Medjo entre au Comité Central et au Bureau Politique du Rdpc en 1996, au moment où la Nationale, le parti d’Abel Eyenga avait le vent en poupe dans le département de la Mvila, elle tient bon. Tête de liste du RDPC, elle remporte haut la main les élections. Elle demeure fidèle au Parti malgré sa déception de ne pas occuper le poste de Délégué du Gouvernement. Quelques temps après, elle est nommée coordonnatrice régionale des opérations d’intensification des inscriptions sur les listes biométriques dans le Sud. Opération qu’elle mène avec maestria, ce qui augmente sa cote de confiance dans son parti.

16 ans après la fin de son mandat de parlementaire, le 14 avril 2013, Delphine Medjo est élue à la première élection sénatoriale du Cameroun. Elle est Vice-présidente de la Commission de la défense. Membre active des femmes au Senat, elle fonde l’Association des dames responsables du RDPC à Ebolowa. Son action politique se traduit concrètement également par la réfection des salles de classes, l’électrification rurale et la réalisation des points d’eau.

DISTINCTIONS HONORIFIQUES : Medjo Delphine est décorée des Médailles de :

*Chevalier et Officier de l’Ordre National du Mérite Camerounais Grand Cordon de l’Ordre National du Mérite Camerounais (à titre posthume le 17.12.2016)

*Chevalier et Officier de l’Ordre National de la Valeur

*Commandeur Ordre National de la Valeur

* Grand Dignité de l’Ordre National de la Valeur Au-delà de ses fonctions politiques, Delphine menait également une vie privée et familiale riche construite autour de la Famille et de la Foi. Elle est décédée le jeudi 22 septembre 2016 au centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé à l'âge de 75ans.