Vous-êtes ici: AccueilInfosRégions2019 02 05Article 455530

Regional News of Tuesday, 5 February 2019

Source: cameroon-info.net

Adamaoua: Atanga Nji déclare la guerre aux preneurs d’otage

Dépêché dans la région de l’Adamaoua par le Chef de l’Etat, le ministre de l’Administration Territoriale a réitéré l’engagement des pouvoirs publics à endiguer le phénomène des prises d’otages.

Paul Atanga Nji est en visite dans la région de l’Adamaoua depuis le 4 février 2019. Dépêché par le Chef de l’Etat, le ministre de l’Administration Territoriale (MINAT) est allé apporter les dons du couple présidentiel aux populations victimes du phénomène des prises d’otages. Il en a profité pour mettre en garde les auteurs de ces forfaits.

«Je voudrais à la suite du Chef de l’Etat, mettre en garde toutes les complicités de ce grand banditisme que l’Etat ne sera pas complaisant à leur endroit» a déclaré Atanga Nji, dans une réaction diffusée par la CRTV radio, le média d’Etat.

Le MINAT a reconnu l’ampleur de la situation. «Depuis un certain temps, il se passe des choses d’une extrême gravité dans la région de l’Adamaoua. Les populations sont victimes des exactions à répétition; les enlèvements des femmes, des hommes, des commerçants sont régulièrement enregistrés; des prises d’otages sont récurrentes contre des rançons; le bétail est volé. Nous avons l’impression que les gens agissent en bandes organisées et que ces criminels bénéficient malheureusement de complicités», déplore le ministre de l’Administration Territoriale.

LIRE AUSSI: Sérail: la démission de Jean de Dieu Momo exigée

Dans son discours prononcé le 18 janvier 2019, à l’occasion de la cérémonie de triomphe de la 36ème promotion de l’Ecole Militaire Interarmées (EMIA), le Président de la République avait déjà noté et déploré l’insécurité grandissante dans la région de l’Adamaoua. «J’ai donné des instructions fermes à nos forces de défense et de sécurité, pour mettre un terme à ces agissements répréhensibles», a indiqué Paul Biya.

Quelques jours plus tard, un contingent de 130 gendarmes a été envoyé en renfort dans l’Adamaoua, pour lutter contre les prises d’otages. Réunies à Yaoundé le 13 janvier 2019, les forces vives de cette région avaient dénoncé la montée du phénomène des prises d’otages.

Selon leurs statistiques, entre janvier et décembre 2018, plus de 100 personnes ont été enlevées dans la région de l’Adamaoua. Sur la même période, environ 500 millions de FCFA de frais de rançon, ont été versés aux ravisseurs, par les proches des otages. Une situation à l’origine d’un nombre important de déplacés dans tous les départements de la région, à l’exception du Mayo-Banyo.