Vous-êtes ici: AccueilInfosPolitique2019 07 12Article 467552

Politique of Friday, 12 July 2019

Source: actucameroun.com

Graves révélations de Robert Bapooh Lipot sur les partis espions du RDPC

Le député de l’Union des populations du Cameroun l’a déclaré au cours de la deuxième session parlementaire de cette année qui s’est achevée mardi dernier.

Pour bon nombre de personnes, en parlant des partis politiques qui ont pris l’habitude de manifester lors des sessions parlementaires, l’Honorable Robert Bapooh Lipot parlait du Social democratic front (Sdf) de Ni John Fru Ndi. Dans sa prise de parole, le député de l’Union des populations du Cameroun (Upc) affirme que ces partis politiques ne font pas preuve de sincérité.

«Nous ne sommes pas, au niveau du parti historique, comme une certaine opposition qui dans cet hémicycle s’offre régulièrement en spectacle, souvent avec les trompettes et violons, dans une volonté de tromper la vigilance d’une partie de nos populations. Alors qu’en réalité, elle a au quotidien, toutes les faveurs les plus insoupçonnables du pouvoir», a déclaré l’Honorable Robert Bapooh Lipot.

En poursuivant son propos, il a ajouté en parlant toujours de cette opposition, «elle a tout de ce pouvoir et s’est embourgeoisée avec son aide. Elle roule carrosse à Yaoundé et à Douala, se transformant en de simples acteurs-endimanchés d’un théâtre agropole dont l’écho est inaudible aujourd’hui au sein de nos populations…

Le vrai problème de [notre] pays, c’est une opposition tricheuse qui s’est enrichie sur le dos des populations, et développe une stratégie de maîtres-chanteurs chaque fois que le gouvernement veut réellement se mettre au service du peuple afin d’impulser le développement de [notre] nation. Il importe de sortir de ce cercle vicieux d’embourgeoisement permanent d’une certaine opposition caviar insoucieuse de l’avenir de ce pays […] ».

En réponse à cette déclaration de Robert Bapooh Lipot, l’Honorable Paul Nji Tumasang, président du groupe parlementaire Sdf s’est offusqué du fait que Cavaye Yéguié Djibril permet que la tribune de l’Assemblée nationale soit offerte pour des règlements de compte.

«Je suis surpris de constater que le président de l’Assemblée nationale accorde de la place aux personnes qui s’en prennent aux partis politiques de l’opposition. Je crois que nous n’avons pas besoin de recevoir des leçons des autres partis politiques qui pensent nous dicter la conduite à tenir», a déclaré celui-ci.