Vous-êtes ici: AccueilActualitésPolitique2021 07 22Article 609535

Politique of Thursday, 22 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Cameroun: une nouvelle plateforme politique dénommée « Les Libérateurs » en gestation

Elle réunira tous les partis plusieurs acteurs politiques Elle réunira tous les partis plusieurs acteurs politiques

La plateforme sera mise sur pied dans les prochains jours.

Elle réunira tous les partis plusieurs acteurs politiques .

L’objectif est que ces acteurs politiques qui pensent la même chose puissent se retrouver en toute humilité, dans le but se servir fondamentalement le Cameroun.

La prochaine élection présidentielle est prévue en 2025, mais plusieurs partis politiques s’activent déjà pour préparer l’évènement. Après la mise sur pied d’une plateforme de l’opposition visant à formuler les amendements pour la mise sur pied d’un code électoral unique, les partis de l’opposition viennent encore de se réunir pour créer la plateforme dénommée « Les Libérateurs ».

Dévoilant ses projets politiques avenir dans une interview accordée à Camerounweb.com, l’enseignant de journalisme Olivier Bile a indiqué que « mes projets politiques sont cristallisés en ce moment autour de la plateforme que nous appelons « Les Libérateurs ». Ce n’est pas une affaire hétéroclite qui rassemble tout simplement les gens pour que chacun garde sa petite position. Nous avons estimé que voici trente ans que nous nous sommes engagés dans le mouvement de démocratisation au Cameroun. Et depuis 30 ans nous constatons que la manière de mener les combats politiques au Cameroun n’ont pas prospéré, il faut pouvoir tirer ce constat. Il faut considérer que le pays a besoin très clairement de se remettre en question du point de vue de cette trajectoire démocratique. Voilà pourquoi nous avons pris nos responsabilités, parce que nous avons estimé que l’égoïsme en politique ne mène nulle part », explique l’enseignant de l’Esstic.

Selon Olivier Bile, « Le « Ma-partisme » dont parle Hubert Mono Ndjana ne nous grandi pas et c’est une réalité qui est très ancré dans la société camerounaise. Le fait de vouloir créer sa petite boutique politique pour être un petit président de son côté ne nous avance pas. Nous avons estimé que les acteurs politiques qui pensent la même chose puissent se retrouver en toute humilité, dans le but se servir fondamentalement le Cameroun, de sortir de nos égoïsmes habituels pour dire que voilà, nous créons une plus grande entité politique, pour donner plus de viabilité et plus de cohérence à notre action politique ».

Projet difficile.

S’il est vrai que le projet est salutaire, il est tout aussi vrai que l’initiative semble être une chimère au regard des réalités de notre pays. « Difficilement les projets de l’opposition n’ont abouti au Cameroun », surtout quand il s’agit d’une comme celle-ci où les gens doivent abandonner leur formation politique pour se joindre à une seule », analyse Olivier Sakam, chercheur en science politique. Pour le moment l’initiative est en gestation et elle pourra être présentée dans les prochains jours.