Vous-êtes ici: AccueilInfosPolitique2019 12 03Article 477397

Politique of Tuesday, 3 December 2019

Source: Cameroon-info.net

Appel au boycott des élections: 'Il s’agit d’une fuite en avant'

Il n’y a aucune raison qui puisse justifier un appel soit au boycott, soit au report des élections Il n’y a aucune raison qui puisse justifier un appel soit au boycott, soit au report des élections

Le ministre de l’Administration Territoriale pense que les leaders de l’opposition redoutent une déconvenue.
Les appels au boycott ou au report des élections législatives et municipales du 9 février 2020 ont fait réagir le gouvernement, à travers une déclaration commune signée du ministre de la Communication, René Sadi et de celui de l’Administration Territoriale (MINAT), Paul Atanga Nji.

Le MINAT en a profité pour servir un tacle appuyé aux leaders de l’opposition ayant émis des réserves à propos de leur participation à ce double scrutin.

«C’est une fuite en avant. Quand vous avez 8% à l’élection présidentielle, et on va aborder les élections locales, et vous constatez que ces élections risquent de vous mettre à 2% et que vous aviez la prétention d’avoir le destin national, on se met en difficulté», a déclaré Atanga Nji au journal de la CRTV radio de ce 3 décembre 2019.

Pour ce militant du RDPC, le parti au pouvoir, il n’y a aucune raison qui puisse justifier un appel soit au boycott, soit au report des élections à venir.

«Le Chef de l’Etat, en convoquant le corps électoral, a tenu compte des paramètres, notamment sécuritaires. Et le Président est la personnalité la mieux renseignée du Cameroun. Donc quand il convoque le corps électoral, il sait que les élections peuvent se tenir dans les dix régions, les 58 départements et les 360 arrondissements», a-t-il indiqué.

Les assurances du gouvernement tombent alors que sur le théâtre de la crise anglophone, les balles continuent de crépiter. Un avion de CAMAIR-CO, la compagnie nationale aérienne, a attaqué le 1er décembre à son atterrissage à Bamenda, la capitale régionale du Nord-Ouest. La veille, un travailleur humanitaire a été tué à Nkambe dans la même région.