Vous-êtes ici: AccueilActualitésSanté2021 07 28Article 610714

Infos Santé of Wednesday, 28 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Plusieurs cas de grippe porcine confirmés à Mvengue

Les autorités envisagent des mesures restrictives . Les autorités envisagent des mesures restrictives .

Les résultats des analyses ont confirmé l’existence de la maladie à Mvengue

Un arrêté portant déclaration d’infection, les chefs de centre zootechniques sera signé


Les autorités envisagent des mesures restrictives en vue de limiter, la propagation de la zoonose sur l’ensemble de la région.


Le Minepia a donné des orientations à ses collaborateurs des services déconcentrés, en vue de l’instauration d’une veille sanitaire active liée au contrôle de cette zoonose sur toute l’étendue du territoire national. Dans cette optique un certain nombre de foyers suspects ont été identifiés dans la région du Sud. « Ces cas suspects nous ont poussés comme l’exige la procédure, à effectuer des prélèvements dont les échantillons ont été transmis au Laboratoire national vétérinaire ( Lanavet). Les résultats des analyses ont confirmé l’existence de la maladie à Mvengue il y a deux jours », réitère le Dr Paul Fabrice She. Depuis lors, des concertations se multiplient entre les autorités administratives, les responsables de la santé vétérinaire, les acteurs de la filière porcine et les populations. « Outre les actions de sensibilisation que nous menons sur le terrain, et qui vont déboucher pour le cas de Mvengue, sur la publication par l’autorité administrative compétente (sous-préfet), d’un arrêté portant déclaration d’infection, les chefs de centre zootechniques, les délégués d’arrondissement et départementaux assurent l’inspection des viandes soumises à la consommation dans leurs unités respectives », assure le délégué régional.

Avec les cas de Mvengue et Mvam Essakoé, les autorités commencent à envisager des mesures restrictives en vue de limiter dans la mesure du possible, la propagation de la zoonose sur l’ensemble de la région. « Nous avons déjà commencé à demander à nos éleveurs d’arrêter de conduire les bêtes au marché jusqu’à ce qu’on ait des clarifications sur l’ensemble des examens de laboratoire transmis au niveau de Lanavet », précise le Dr She.

Révolte

Alors que l’idée d’une interdiction de vente de la viande de porc est encore envisagée, plusieurs éleveurs se sentent abusés, et des consommateurs scandalisés à l’idée de voir la viande de porc sortir de leur régime alimentaire. « Nous espérons que l’État fera quelque chose pour combler le manque à gagner que ces mesures restrictives vont causer sur notre activité qui est assez budgétivore », interpelle un acteur majeur de la filière porcine, Didier Amvela.