Vous-êtes ici: AccueilInfosSanté2021 04 24Article 592588

Health News of Saturday, 24 April 2021

Source: Actu Cameroun

Le paludisme a tué 4121 personnes en 2020 au Cameroun

Selon le Programme national de lutte contre le paludisme, il y a eu en 2020, un taux de mortalité de 15,8% contre 17,7% en 2019.


Un rapport du Programme national de lutte contre le paludisme fait savoir qu’en 2020, le paludisme a tué 4121 personnes au Cameroun. Il y a eu un taux de mortalité de 15,8%. La couche la plus touchée est celle des enfants dont l’âge est compris entre 0 et 5 ans. Il y a eu 64% d’enfants de cette tranche d’âge qui ont perdu la vie à cause de cette maladie.

Il y a eu en effet, 2.646.139 cas confirmés ont été rapportés (contre 2.628.191 cas en 2019) en 2020, avec 32% des enfants de 0 à 5 ans touchés. Ce qui représente une morbidité de 101 pour 1000 habitants (contre 103 en 2019). En 2020, apprend-on du PNLP, le paludisme représentait 29% des consultations dans les formations sanitaires et 40% des hospitalisations. Le taux de mortalité actuel est de 16 décès pour 100 000 habitants, contre 18 décès pour 100 000 habitants en 2019. Soit une réduction d’environ 500 décès.

Pour ce qui est des régions les plus touchées, on retrouve l’Extrême-Nord, le Nord et l’Adamaoua le trois zones septentrionales du Cameroun. A ces régions s’ajoute celle de l’Est. Les taux de mortalité y sont respectivement de 32%, 27%, 29% et 19%. Les taux d’incidence sont de 114 pour 1000 habitants, 104,129 et 174.



Les responsables sanitaires affirment que les causes de ce problème sont la progression des résistances des moustiques aux insecticides, l’insécurité dans certaines zones du pays et une insuffisance des ressources financières, humaines et matérielles pour assurer une couverture universelle des interventions.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter