Vous-êtes ici: AccueilInfosSanté2020 11 25Article 558188

Health News of Wednesday, 25 November 2020

Source: lavoixdesdecideurs.biz

Epervier: Dr Malachie a-t-il tenté de détourner 200 millions restants du Mercy Ships ?

La passation de service au tout nouveau Ministre de la Santé Publique a eu à l’ordre du jour, entre autres points, la présentation des fonds restants de l’expédition du Mercy Ships dans notre pays à Malachie Manaouda par André Mama Fouda.

Le fonds évalué à 200 millions de francs CFA a ainsi été déclaré à M. Manaouda Malachie qui devait assurer le retour de cette rondelette somme dans le trésor public.

Cependant, d’après les informations parvenues à notre rédaction et contre toute attente, Malachie Manouada, sur fond de trafic d’influence, a voulu orienter ces fonds à son propre compte. Chose que le billeteur de l’époque avait refusé catégoriquement.

Après son installation comme maître incontesté des lieux, le tout nouveau chef du département ministériel en charge de la santé publique s’est d’abord penché sur les dossiers huileux, juteux et dont le contenu pouvait rapidement le conforter dans sa position de Ministre en bourrant ses comptes bancaires personnels.

Pour la présente affaire, nos sources nous font savoir que quelques jours après sa prise de fonction, le billeteur de l’époque répondant au nom de Martin Nomo, a reçu à plusieurs reprises le Commissaire de police Bouba Sadou qui serait un des hommes de main du ministre. Celui-ci était envoyé par son patron (le ministre) pour sommer le billeteur à verser les 200 millions FCFA en question en espèce pour le compte du ministre.

Monsieur Nomo Martin en fonctionnaire exemplaire, faisant montre de patriotisme et de professionnalisme, n’a pas cédé à cette attitude abjecte d’un nouveau chef qui n’a pas caché ses appétits pour les détournements de deniers publics. Attitude que combat avec ardeur le Chef de L’Etat, père de la rigueur et de la moralisation.

Interrogé le 18 novembre 2020, le concerné a opté pour le silence Selon nos sources, après ce refus catégorique du billeteur de verser cette importante somme d’argent dans le compte du ministre, celui-ci l’a plutôt remis au trésor public et s’est vu par la suite affecté dans un autre département ministériel, allez chercher le motif.

Au vu de ce qui précède, quelques questions pourraient tarauder l’esprit de tout camerounais épris de bon sens à savoir par exemple, quel est même le prototype d’un bon ministre au Cameroun ? Pourquoi les fonctionnaires camerounais en général ministres et Directeurs Généraux en particulier ne peuvent se contenter du salaire et de leurs avantages pécuniaires ? A qui revient la faute de cette déviance ? Le cas de Malachie Manaouda suscite tout de même beaucoup de curiosité et même de déception pour la nation toute entière et la jeunesse en particulier.

L’actuel Ministre de la Santé Publique semble ignorer qu’il fait partie des représentants de la jeunesse au sein de l’équipe gouvernementale, le nommer à la tête d’un aussi important département ministériel était un signe fort, une réponse positive du Chef de l’Etat à l’appel de cette jeunesse qui a toujours revendiqué sa participation à la gestion de l’Etat.

Comment comprendre que le discours républicain et l’attitude positive au travail bien fait affichée par ce fils de l’extrême-nord dès son entrée au gouvernement cachaient des actes contre productifs et anti républicains ?

Au-delà de cela, recueillir une information auprès du ministre de la santé publique relève d’un véritable parcours de combattant ; votre journal a pourtant déposé plusieurs lettres en vue du recoupement de certaines informations qui accablent le ministre et qui sont restées lettres mortes, comme pour traduire une attitude de cécité de son destinataire et même que ce dernier ait choisi de rester muet comme une carpe.

Malheureusement, à l’analyse de cette attitude de Malachie Manaouda, il se dégage comme une peur d’évoquer certaines vérités accablantes. Mais comme l’énonce une sagesse universelle, « la vérité finit toujours par triompher ».

Cependant une source interne au Ministère de la Santé Publique, l’homme lige de Manaouda, Le Commissaire de Police Bouba Sadou entendu par un service de la barbouzerie camerounaise à la capitale politique, il y a plus d’un mois. Ce dernier, au regard des éléments à lui présentés, serait passé aux aveux.
Joint au téléphone, l’actuel le chef de la Cellule de Communication du Ministère de la Santé Publique, nommé pourtant plusieurs mois après l’installation de Malachie Manaouda le 07 janvier 2019, parle «d’allégations infondées.»

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter