Vous-êtes ici: AccueilActualitésSanté2021 09 30Article 621121

Infos Santé of Thursday, 30 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : la longue liste des 'péchés' du directeur de l’hôpital central de Yaoundé

La longue liste des 'péchés' du directeur de l’hôpital central de Yaoundé La longue liste des 'péchés' du directeur de l’hôpital central de Yaoundé

• En 2021, l’institution qu’il dirige est accusée de trafic d’organes

• Pierre Joseph Fouda est directeur de l’hôpital central de Yaoundé depuis 2012

• A son poste de directeur, il est accusé d’avoir commis plusieurs frasques




A l’hôpital central de Yaoundé, Pierre Joseph Fouda a un parcours atypique. Depuis 2012 qu’il a été nommé à la tête de cet hôpital, la structure hospitalière est allée de scandales en scandales. En 2016, alors qu’on attendait encore juger le nouveau directeur de l’hôpital central au pied du mur, un scandale secoue l’institution qu’il dirige. Cinq bébés nés prématurément le 22 mars 2016 décèdent l’un après l’autre.

Accusé de négligence, le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé, Pr Joseph Fouda, tente jeter la faute sur des infirmières. Deux infirmières accusées d’avoir dit à la femme en travail de se débrouiller vont écoper de sanctions.
2020, un scandale similaire touche de nouveau l’hôpital central de Yaoundé. Christelle Ntsama donne naissance à quatre bébés le 11 mai 2020 à l’hôpital central de Yaoundé. Les quadruplés prématurés de sexe masculin (deux) et féminin (deux) sont tous décédés l’un après l’autre, faute de couveuses. Au sein de l’opinion c’est Pierre Joseph Fouda, directeur de l’hôpital central qui est pointé du doigt, car son établissement hospitalier traine une forte réputation en matière de négligence médicale.

Et comme si cela ne suffisait pas, la jeune maman éplorée sera séquestrée pour une facture impayée à hauteur de 54 000 FCFA. Un fait devenu banal à l’hôpital central de Yaoundé, puisque depuis l’arrivée de Pierre Joseph Fouda, une « cellule » a été aménagée pour garder les femmes ayant donné naissance et qui sont dans l’incapacité de payer leurs factures. Il y a quelques années une vidéo qui avait fait le tour des réseaux sociaux montrait une dizaine de femmes couchées à même le sol dans ce réduit avec leur bébé.

Pour plusieurs observateurs, l’affaire des trafics d’organes qui secoue l’hôpital central n’est donc que la goutte d’eau qui fait déborder le vase des frasques de Pierre Joseph Fouda à l’hôpital central de Yaoundé.