Vous-êtes ici: AccueilActualitésSanté2021 07 12Article 607693

Infos Santé of Monday, 12 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Appelé à être vaccinés, le personnel de la mairie de Kribi déserte les bureaux

Les autorités de la ville ont quant à elle pris leur vaccin. Les autorités de la ville ont quant à elle pris leur vaccin.

Le maire de la ville a annoncé la vaccination de tout son personnel le vendredi dernier.

A l’arrivée des équipes de vaccination, le personnel de la mairie de ville a fui les bureaux.

La panique est de plus en plus visible chez les fonctionnaires de la ville de Kribi.

Comme partout au Cameroun les fonctionnaires de la ville de Kribi redoutent le vaccin anti Covid. Vendredi dernier alors que les équipes de vaccination se sont déportés à la mairie de Kribi, la quasi-totalité des employés sont rentrés furtivement chez eux pendant que d'autres ayant simulé la maladie sont restés carrément couchés à la maison. Le premier des absents listé est l'inspecteur de 2e grade Fotso, garde du corps du maire de ville. Ce dernier n'est arrivé au travail qu'après le départ de l'équipe des vaccinateurs.

Les autorités de la ville ont quant à elle pris leur vaccin. Le Maire Guy Emmanuel Sabikanda était le premier à passer à l'exercice redouté, le préfet de l'océan ensuite, mais la panique est de plus en plus visible chez les fonctionnaires de cette ville qui veulent pas du tout de vaccin.

Réticences

Malgré cette batterie d’outils mis en place par les responsables du ministère de la Santé, des responsables du le Programme élargi de vaccination (PEV) sont conscients de ce que la tâche ne sera pas aisée pour leurs équipes déployées sur le terrain pour atteindre ses objectifs. Surtout dans les villes de Yaoundé et Douala. « C’est difficile. Les fakes news sur les réseaux sociaux ne nous ont pas aidé. Nous nous sommes pris un peu tard sur certains aspects », reconnait l’un d’eux. Néanmoins, « Nous allons essayer de rattraper ce qui peut l’être », dit-il. Déterminé.

En fait, « Si on veut avoir un impact rapide sur la mortalité et la morbidité, il faut avoir une couverture vaccinale d’au moins 3% très rapidement. Jusqu’à présent, le bénéfice de la vaccination ne profite qu’à ceux qui sont vaccinés. Pour que cela commence à avoir un effet sur la libération des services de santé ou sur l’économie, il faut au moins monter à 3%», explique le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, secrétaire permanent du PEV.