Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 01 10Article 484078

Opinions of Friday, 10 January 2020

Journaliste: Boris Bertolt

Voici ce que les doctorants grèvistes ont dit à Dion Ngute


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Selon nos sources, ces derniers qui réclament près de 8 milliards fcfa à l’Etat du Cameroun qui les a abandonné après avoir perçu leur argent ont été reçus par le conseiller technique du premier ministre: Etoa Etoa Jean Bosco. Voici la quintessence du message qu’ils ont délivré:

“Monsieur le Conseiller Technique,
Je vous remercie de l’opportunité que vous nous offrez en ce jour. Permettez-moi de vous
faire une brève présentation de notre situation.
Nous avons répondu à un appel à candidature en cycle doctorat professionnel lancé par l’université de Yaoundé II et avons été sélectionnés selon les critères établis par ladite université, comme l’atteste la correspondance N°059/UYII/VREPDTIC/Cab adressée à l’ancien recteur de regretté mémoire, par l’actuel recteur de l’université de Yaoundé II alors vice-recteur Chargé des Enseignements, de la Professionnalisation et du Développement des TIC.
Par ailleurs, nous avons été astreints au versement dans les livres de l’université de Yaoundé II de la somme de Fcfa. 1 500 000 (Un million cinq cents mille) par an durant trois ans, au titre du paiement des frais de scolarité, soit un montant total de Fcfa. 4 500 000 (quatre millions cinq cents mille). Somme dont certains se sont acquittés en totalité et d’autres partiellement.
Monsieur le Conseiller Technique, le paiement de cette somme n’a pas été pour nous une sinécure. Certains ont dû contracter des dettes auprès des institutions financières de la place, d’autres ont puisé dans leurs économies, d’autres par contre ont eu recours à des usuriers pour respecter les délais très serrés de l’université à l’instar du communiqué N°16/004/UYII /FSEG/VD-PSAA de Monsieur le doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’époque, et bien d’autres encore. Outre ces gymnastiques effectuées pour collecter lesdits fonds à titre onéreux, nous avons engagé des sommes conséquentes pour mener à bien nos travaux de recherche.
Monsieur le Conseiller Technique, depuis la survenance de la polémique sur le doctorat professionnel, nous n’avons eu de cesse de solliciter les autorités administratives et universitaires afin que notre cas soit traité. Les autres universités d’Etat qui abritaient également le doctorat professionnel ont simplement obéit à la directive de la conférence des recteurs demandant le reversement des anciens doctorants professionnels en doctorat PHD. Dans le cas spécifique de l’université de Yaoundé II, Monsieur le recteur a jugé bon de mettre sur pied une commission ad hoc qui a procédé à une nouvelle sélection des candidats préalablement inscrits en doctorat professionnel. Des travaux de cette commission sortira la décision N°2019/459/UYII/VREDPTC/VRR/CRME/SG/DAAC autorisant certains candidats préalablement inscrits en doctorat professionnel à solliciter une inscription en première année de doctorat PHD à l’université de Yaoundé II. Dans cette liste figurera le nom de Monsieur NGOUMOU Gilbert par lequel la polémique est née après la soutenance avec brio de sa thèse de doctorat professionnel, qui de nouveau sera autorisé à prendre une inscription en première année doctorat PHD. Nous rappelons Monsieur le Conseiller Technique que Monsieur NGOUMOU Gilbert, notre camarade est titulaire d’un Master II professionnel en stratégie, défense, sécurité, gestion des conflits et des catastrophes (CREPS UYII) comme bien d’autres mis à l’écart par ladite décision. Cette décision de Monsieur le recteur de l’université de Yaoundé II a lésé plus de 95% des anciens doctorants professionnels sans qu’aucune mesure compensatoire ne soit prise.

Désillusionnés, désabusés, et fortement frustrés de la dichotomie intellectuelle entre les discours creux des désirs d’émergence d’un pays fortement en retard dans bien des aspects de son développement économique, technique et technologique, mais paradoxalement animé de contre actions inexplicables, nous, collectif des ex doctorants professionnels de l’université de Yaoundé II avons opté dans un premier temps pour le remboursement des pensions versées dans les caisses de ladite institution. Bon nombre de correspondances individuelles ayant été adressées à Monsieur le recteur dans ce sens sans aucun retour. Monsieur le Conseiller Technique, si nous ne pouvons plus faire confiance à notre pays, où irions-nous vivre ? Si nous sommes traités dans notre pays comme des moins-que-rien, vers qui allons-nous nous tourner ? Si nous sommes abusés au su et au vu de tous sans que personne ne s’en indigne, que devons-nous faire ?
Monsieur le Conseiller Technique, les préjudices à nous causées par cette situation sont immenses. Nous payons toujours le prix de cette situation. D’aucuns ont vu leurs ménages brisés du fait du surendettement conduisant à une réduction drastique du train de vie ; d’autres ont sacrifié leur poste pour parachever leurs travaux dans les délais et bien d’autres encore.
Rendus à ce jour, Monsieur le Conseiller Technique, nous avons principalement trois types de désidératas.
Le premier groupe réclame le reversement en doctorat phd avec remboursement du trop- perçu. Soit le remboursement du reliquat de la somme versée au titre du paiement du doctorat professionnel déduite de la pension du doctorat phd de Fcfa. 50 000 (Cinquante mille) multipliée par trois années.
Le deuxième groupe réclame simplement le reversement en doctorat phd avec programmation de soutenance de leurs travaux de recherche. Deux cas se présentent dans ce groupe. La première promotion de la FSJP ayant débuté la formation en 2014 sollicite le reversement avec programmation immédiate des soutenances ; et l’unique promotion de la FSEG et la deuxième promotion de la FSJP ayant démarré en 2015, réclame le reversement avec une année de moratoire pour boucler leurs travaux de recherche.
Le troisième groupe réclame le remboursement de leur frais versés car, la plus part ont déjà pris des inscriptions en cycle doctorat dans des universités étrangères.
Voilà en quelques mots, Monsieur le Conseiller Technique, la situation des doctorants professionnels de l’université de Yaoundé II.
Nous vous remercions”.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter