Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 12 18Article 633532

Opinions of Saturday, 18 December 2021

Auteur: K.I

Visite de Samuel Eto'o à Sangmélima: est-ce pour régler ces comptes à Franck Biya ?

Le populisme est bien, mais c'est aussi très dangereux ! play videoLe populisme est bien, mais c'est aussi très dangereux !

La récente visite du tout nouveau président de la Fédération Camerounaise e Football (FECAFOOT) à Sangmélima, dans le Dja-et-Lobo suscite toujours des commentaires. Pour certains Camerounais, cette sortie de Samuel Eto'o est une provocation à l'égard du fils aîné du président de la République Paul Biya, qui a soutenu Séîdou Njoya.

Comment comprendre les motivations de cette visite d'un autre genre ? On se serait attendu que le nouveau président de la FECAFOOT se rende à Garoua pour rencontrer le leader du championnat, Coton sport. Ou alors de se rendre à l'ouest pour tendre la main de remerciements à Justin Taghou à Bamboutos FC, le premier candidat à l'avoir soutenu ou à Fovu, pourquoi pas Eagle de la Menoua en remerciement à Gérémi Djitap. Mais que non !

Lorsqu’on se souvient du rapprochement entre Franck Biya et l'ex président Njoya Seidou, il n'est pas exclu de comprendre que la visite avec mobilisation populaire exprimée dans le bastion du Président de la république est une façon de parler à Franck Biya.

En même temps, on se souvient qu’il n’y a pas longtemps, le Sud était réuni autour du Prof Fame Ndongo pour appeler le gouvernement à développer le Sud. Il n'est donc pas exclu de comprendre que cette visite spéciale avec comme retombé, la construction de 2 stades dans le sud est le résultat du deal entre les politiques du pays organisateur.

De l'une comme de l'autre, il est évident que cette visite du Président de la FECAFOOT n'était ni un fait du hasard, ni une simple visite de bénédiction.

En même temps, on est donc convaincu que Seidou Mbombo Njoya a donc été lâché par les politiques du pays organisateur. Sans doute, comme cela fût le cas pour son père, une consolation du peuple Bamoun donc de l'Ouest, n'est pas exclue, avec le portefeuille du ministère des sports. Quoi qu'il en soit, en politique tôt ou tard, tu es récompensé. Le feu Roi Njoya était un grand ami du Président Paul Biya. Le match est donc loin d'être terminé.

Après analyse, l’auditeur de radio Tonepi se pose bien la question, peut-on être élu président de la FECAFOOT sans l'onction des politiques ?

En attendant les résultats du labo, que la paix de nos aïeux guide la gouvernance du président Eto'o. Le populisme est bien, mais c'est aussi très dangereux !

A bientôt !