Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 10 02Article 545758

Opinions of Friday, 2 October 2020

Journaliste: Boris Bertolt

Violation flagrante de droit de l'Homme et tribalisme anti-bamiléké

Cette histoire est racontée par Me Tamfu Richard son avocat: “ L'histoire de Stephane Soh, citoyen Camerounais.

Stephane est d'origine Bamiléké, manœuvre au port de Douala. Son employeur originaire du sud lui demande de monter dans son véhicule et s'en va lui livrer au éléments du service de la surveillance du territoire de Douala dans l'enceinte du port autonome. Son employeur déclare là bas qu'il est un Bamiléké et a marché le 22 Septembre 2020. Stephane est surpris d'abord par l'environnement où il se trouve et ce que son employeur dit. Le personnel de ce service sont tous en tenue civile et ne ce sont pas présentés à lui. Les enquêteurs commencent à l'interroger pour savoir si ce que son patron déclare est vrai. Stephane nie tout les chef d'accusation à son égard mais reconnais être un Bamiléké. Après 3 heures d'interrogation sans la présence d'un conseil, il est dépossédé de son téléphone et on lui demande de revenir demain.

Le lendemain, Stephane explique son cauchemar à son avocat et celui-ci le rassure de ne pas avoir peur, que nous sommes dans un pays de droit et que même si il avait commis une infraction pénale, il a droit à un conseil. Malheureusement pour Stephane, son Avocat et lui se rendent dans ce service appelé surveillance du territoire, on dit à son Avocat qu'il n'a pas le droit d'assister Stephane là bas et que dans ce service on ne respecte pas les droits de la défense. Que son Avocat sorte l'attendre au Tribunal.

Depuis 15h les numéros de téléphone de Stephane ne passent plus. Au dernière nouvelle, Stephane est sûrement gardé à vue mais je ne sais où.
Affaire à suivre....

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter