Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 01 14Article 484645

Opinions of Tuesday, 14 January 2020

Journaliste: mondoblog.com

Une énorme plainte arrive sur le bureau de Maurice Kamto

Voilà déjà plusieurs années que je m’adresse à son Excellence Paul Biya pour lui parler de nos nombreuses difficultés, mais le bon monsieur ne me regarde même pas ! Et donc je vais tenter ma chance avec Maurice Kamto parce que les Camerounais survivent vraiment ici dans la souffrance…

Maurice Kamto, il n’y a pas le travail !

Il n’y a pas vraiment de travail au Cameroun, à vrai dire. Puisque le secteur informel occupe presque 85 % de l’activité économique sur l’ensemble de notre territoire !
Il n’y a pas vraiment de stratégie pour la création des emplois. Il n’y a pas de stratégie pour attirer les investisseurs étrangers. Il n’y a pas de plateforme pour encourager et stimuler les entrepreneurs comme mon ami Pierre La Paix Ndamè, et au final la plupart des jeunes Camerounais deviennent généralement des débrouillards…
Kamto, le plus gros employeur de notre pays s’appelle l’État du Cameroun (est-ce que c’est normal ça ?). Les diplômés qui sortent de l’école avec un doctorat en comptabilité ou bien en communication digitale, eh bien ils se retrouvent mécaniciens, vendeurs à la sauvette ou encore bendskineurs. Les filles qui ont fait de longues études sont obligées de se déshabiller ?complètement? si elles souhaitent obtenir un emploi stable. Les recrutements se font par le « villagisme » dans les entreprises, c’est-à-dire suivant la coloration ethnique du directeur général. Les Camerounais sont des chômeurs et même ceux qui ont un boulot ne sont pas payés régulièrement, ou alors leur salaire ne leur permettra même pas de pouvoir se payer un dîner dans un bon restaurant…


Maurice Kamto, nous avons perdu les valeurs…

Les Camerounais n’ont plus de bonnes mœurs, Maurice Kamto ! Et encore plus les Camerounaises. Parce que nous passons tout notre temps sur Facebook, dans les snack-bars et dans les églises de réveil. Nous passons toutes nos nuits sur internet parce que nous sommes en train de prendre rendez-vous avec des inconnus via WhatsApp…
Maurice Kamto, nous sommes devenus des disciples de Bacchus. Les Camerounais boivent la bière jusqu’à ce n’est plus bon, jusqu’à c’est même déjà devenu presque comme une devise monétaire (1 euro = 1 bière = 655 francs CFA). Les Camerounaises adorent le sexe facile et sans préservatif. Un chawarma et une bière, et les voilà déjà dans ton matelas ! Les gens d’ici adorent les faits divers parce que tout ce qui nous intéresse ce sont les enlèvements, les crimes rituels, les accidents de la circulation, les infidélités qui se transforment en assassinats passionnels ou bien en suicides, etc.
Les Camerounais s’intéressent à des futilités et c’est pour ça que nos plus grandes vedettes sont des marionnettes comme Grand Barack ou encore son compère Nyangono du Sud…

Maurice Kamto, nous sommes tous malades

Maurice Kamto, nous sommes vraiment malades ! Parce que même les règles élémentaires d’hygiène et de salubrité, nous ne nous les appliquons pas. Nous survivons par miracle et d’ailleurs nous avons un proverbe stupide qui stipule que « La saleté n’a jamais fait mourir un homme noir… » Tsuip !
En dehors de cette négligence, nous n’avons pas d’hôpitaux. Les gens qui nous gouvernent vont se soigner à l’extérieur du pays parce qu’ils ne font confiance ni à nos médecins, ni à leurs infrastructures ! Et les meilleurs praticiens que nous avons ont préféré s’exiler définitivement, puisque c’est en Occident qu’ils sont mieux valorisés. Ceux qui sont restés ont ouvert leurs propres cliniques mais le simple prix de la consultation nous coûte cher jusqu’ààààààà…
Et donc, nous les pauvres nous n’avons plus que nos pauvres gros yeux pour pleurer. Nous achetons nos faux médicaments au coin de la rue, et avec un peu de chance ces faux comprimés nous empêcheront de crever immédiatement. Et même si on clamse ce n’est pas bien grave parce que les Camerounais savent déjà parfaitement tout ce qu’ils vont faire après ta mort.


Maurice Kamto, nous sommes devenus malhonnêtes !

Malhonnêtes le feu sort ! Tous les Camerounais sont des malhonnêtes, tous ! Tous les Camerounais savent comment on escroque de l’argent à quelqu’un. Tous les Camerounais savent ramasser un porte-monnaie et vider l’argent qu’il y avait à l’intérieur. Tous les Camerounais maîtrisent l’art du mensonge, et encore plus l’art des promesses qu’ils ne vont évidemment jamais chercher à respecter…
Maurice Kamto, nous sommes devenus très malhonnêtes ! Le banditisme s’est démultiplié. Il y a des braquages à main armée presque tous les jours. La prostitution s’est également multipliée aussi. Les voleurs de milliards se comptent désormais en plusieurs dizaines. La feymania a réellement gagné du terrain. Les gigolos sont de plus en plus nombreux ici dehors. Les filles que tu viens de rencontrer te demandent déjà de l’argent lors de votre tout premier contact, et dès que tu le leur donnes elles effacent ton numéro ! Les Camerounais sont devenus tellement sanguinaires, et ils ne croient plus qu’en la sorcellerie et aux maraboutages. Certains seraient prêts à sacrifier leurs propres enfants si ça leur permettait de glaner au moins quelques millions…

Cher Maurice Kamto, nous souffrons !

Donc voilà déjà plusieurs années que je m’adressais à Paul Biya pour lui parler de nos innombrables ennuis, mais le bon monsieur ne me gérait même pas ! Alors je vais tenter ma chance avec Maurice Kamto pour lui dire que les Camerounais survivent vraiment ici dans la souffrance…

Maurice Kamto, nous souffrons ! Il faut payer le loyer, il faut payer les factures d’eau et d’électricité, il faut se nourrir, il faut s’occuper de sa santé et bien entendu de ses enfants et de sa famille.
Maurice Kamto, nous galérons ! C’est parce que nous sommes résistants et téméraires que nous ne nous décourageons pas. C’est parce que nous sommes des débrouillards. C’est aussi un peu parce que nous sommes définitivement résilients.
Monsieur Maurice Kamto, je sais que vous pâtissez également de ce système, mais sachez que vous représentez un espoir incommensurable pour des millions de personnes !

Alors si un jour vous devenez le président de la République du Cameroun, n’oubliez jamais tout ce que je viens de vous dire. N’oubliez pas que nous avons besoin de votre changement. N’oubliez pas que c’est seule l’espérance qui nous a fait subsister jusqu’ici. N’oubliez pas que nous avons seulement besoin du travail, de la santé physique et aussi des bonnes mœurs. Parce que pour vous dire vrai nous souffrons terriblement, monsieur Maurice Kamto !