Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 10 14Article 473882

Opinions of Monday, 14 October 2019

Journaliste: Rev. Jacques NGAHNE

'Une Église qui prie pour la paix et ne dénonce pas l'injustice ne fait pas son travail'

Jésus est dit Jésus de Nazareth, mais il était un halogène puisqu'il était né à Bethléem. Devrait-on lui dire "rentre chez toi" ?... Tout ceci nous rappelle Hitler, mais n'allons pas si loin. C'est souvent trop facile de parler des autres, parlons de nous....il y a des camerounais qui estiment que "tu n'es pas mon frère"... Tu peux créer l'autre ?

Mais méfions-nous d'opposer à la haine, la haine. Lorsque les disciples de Jésus lui disent, laisse-nous commander le feu du Saint Esprit pour décimer ces gens qui nous rejettent sans raison... Jésus leur répond, vous ne savez pas de quel esprit vous êtes animés.

Jésus n'a pas choisi de naître à Bethléem, tu n'as pas choisi de naître à Sangmelima, et l'autre n'a pas choisi de naître à Kolofata. La responsabilité à laquelle Jésus nous interpelle, c'est celle de nous méfier de quel esprit nous anime.

On se retrouve aujourd'hui à vivre dans un pays où on coupe des têtes et les place au carrefour. Ceux qui sont un peu âgés se souviennent des mêmes images pendant le maquis. Qu'est ce qui n'a pas marché pour que 60 ans plus tard, nous en soyons retournés là. À qui profite la guerre ? Ne faisons pas que parler de ce qui se passe dans notre pays, agissons comme des personnes concernées.
Le plus grave ce n'est pas ce qui se passe, non, le plus grave c'est que d'une part on ait des jeunes qui pour des marches pacifiques se font molester par la police, pendant que ailleurs d'autres jeunes peuvent casser, piller sous le regard médusé de la police. C'est l'injustice qui est la plus grave. Le danger ce sont ces gens qui créent le sentiment qu'il y a des citoyens bons par leur appartenance ethnique, et d'autres mauvais pour les mêmes raisons. Ces gens-là préparent notre pays au pire. CAMEROUN, TU JOUES AVEC LE FEU. Chrétien de cette paroisse, refuse d'être un agent de la division et ne contribue pas à ce jeu dangereux.

Ceux qui nous gouvernent, s'ils recherchent la paix, et je ne doute pas qu'ils la recherchent, doivent promouvoir la justice partout dans le pays. Ils doivent rechercher la justice sociale. Quand vous regardez les images des pillages de Sangmelima et que vous voyez un gros monsieur de la quarantaine voler et courir avec des sacs de Nido, vous comprenez que le seul problème c'est celui de la justice sociale. Au Cameroun il n'y a que deux tribus, celle des prévaricateurs de la fortune publique, et celle des victimes de l'injustice sociale.

Mes frères, nous sommes frères et sœurs dans l'amour de Dieu, et notre tâche c'est de nous partager ses grâces. Demande-toi en quoi ta présence est-elle une bénédiction dans ton pays.

Faisons attention à ne pas tomber dans les pièges d'autrefois. La venue de Jésus avait divisé la communauté des adorateurs de Dieu. Aujourd'hui, ce n'est pas le vivre ensemble qui est un problème, c'est le manger ensemble qui dérange.

Ceux que tu touches, qu'est-ce que tu leur transmets. Jésus nous montre que nous ne devons pas fuir, mais allez vers les autres et les contaminer de notre bon esprit. Touchons-les de la guérison de la division, du tribalisme... "