Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 10 08Article 547297

Opinions of Thursday, 8 October 2020

Journaliste: Pharel Ateba officiel

Tribunal militaire: Me Simh étale la machination des ennemis de Mbombog Mbog Matip

Présenté au Lieutenant-Colonel Misse Njone Jacques Baudouin, juge d'instruction du tribunal de militaire de Yaoundé ce mercredi 07 octobre 2020 pour confronter la partie plaignante qui malheureusement a répondue aux abonnés absents, le Président de la ligue Camerounaise pour la défense des droits des personnes défavorisées, Emmanuel Mbombog Mbog Matip a été une fois de plus surpris d'apprendre qu'on lui reproche "la propagation de fausses nouvelles" par voie des réseaux sociaux.

En réalité, grâce à l'implication magistrale de Me Emmanuel Simb, commis pour la défense du Directeur de la publication de l'hebdomadaire Climat social, il a été constaté qu'aucune plainte n'a été déposée contre Emmanuel Mbombog Mbog Matip jusqu'à date, mais quelques noms des supposés plaignants sont cités en sourdine, il s'agit du Commandant de la Sécurité militaire, le colonel Émile Joël Bankui, le journaliste politique Paul Dazy Biya et le socio-politiste Thierry Roland Enom.

En outre, le brillant avocat a fait savoir avec fermeté au juge d'instruction du tribunal militaire qu'il n'a pas qualité de placer le communicateur social sous mandat de dépôt, car selon lui, ce délit relève de la compétence du tribunal de première instance.

Aux dernières nouvelles, l'affaire a été reportée pour ce vendredi 08 octobre 2020 et les supposés plaignants convoqués pour confrontation.
En rappel, Emmanuel Mbombog Mbog Matip a été interpellé le 07 août 2020 par six éléments de la sécurité militaire (SEMIl), selon la correspondance adressée au président du tribunal de grande instance du Mfoundi en Habeas corpus, le Journaliste dit avoir été déporté au bureau du commandant de la SEMIl, le Colonel Émile Joël Bankui le jour de son interpellation, où il aurait subit des traitements inhumains et dégradants puis questionné des faits et informations portant sur le champ d'action de la sécurité militaire. Cet exercice, d'après ses déclarations s'est répété pendant 03 semaines en étant en garde à vue dans les locaux du Secrétariat d'État à la gendarmerie jusqu'à 07 septembre 2020 où il est présenté au juge d'instruction du tribunal militaire et transféré à la prison centrale de Yaoundé.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter