Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 06 24Article 522688

Opinions of Wednesday, 24 June 2020

Journaliste: Barlev Sismondi Bidjocka

Tribalisme : voici comment se partagent les opportunités au ministère de l’habitat


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le post sur le Ministre Essimi MENYE sur les grosses magouilles qu'il a decouvert et donc les autres cachaient, je l'ai fait depuis Juillet 2019.
A cette époque, il n y avait pas de débats assez forts sur le fédéralisme communautaire comme c'est le cas aujourd'hui.
J'avais fais ce post pour expliquer à vos frères qui se plaignaient du fait qu'il il n y ait que les jeunes ressortissants de L'ouest qui étaient admis au concours d'entrée à l'école d'architecture de Yaoundé.
Chose que vous ignorez, le ministère de l'habitat et du développement urbain du Cameroun est contrôlé et verrouillé depuis bientôt 25 ans par vos parents de L'ouest. C'est un ministère a gros budget et le but est de contrôler tous les ministères à gros budgets.


Le ministre de l'habitat et du développement urbain en fait partie.
Depuis monsieur Clobert Tchatat, en passant par monsieur Lékéné Donfack, monsieur Jean-claude Mbwentchou dont les concours d'entrée à l'école d'architecture de Yaoundé qu'il organisait avec une partialité trop flagrante, mettait les camerounais très mal à l'aise. Celui de 2018 qui avait choqué tous les camerounais où 98% des admis étaient de L'ouest et les 2% autres, étaient des camerounais pris ça et là, symbole d'unité nationale.
Le ministre Mbwentchou ne le faisait pas de son propre gré. On le lui demandait expressément.


Il faut que le gros marché très juteux de la construction du pays soit verrouillé et exclusivement entre leurs mains...
La preuve, lorsque Madame Ketcha Courtes prend la tête de ce ministère, vous étiez trop contents croyant qu'elle va changer les choses. Elle a été rappelé immédiatement à l'ordre. Résultat elle lance le concours d'entrée à l'école d'architecture de Yaoundé. Elle fait exactement la même chose que son prédécesseur. 80% d'admis sont de L'ouest et les 20 autres sont le reste.
En réalité, avant de lancer le concours, tout est déjà ficelé d'avance en interne entre eux. Une liste de noms des jeunes de L'ouest triés est donnée d'avance au ministre...
Un autre détail très important que beaucoup ne savent pas. Même dans cette liste, il y a certains villages de L'ouest dont la jeunesse ne doit figurer, ni sur ces listes secrètes, ni sur l'octroi des contrats de construction dans les travaux publics et le BTP.


Ce sont des villages dont les chefferies sont les plus pauvres de L'Ouest. C'est fait exprès car les jeunes de ces différents villages sont faits pour travailler pour les villages donc les chefferies sont riches.
Raison pour laquelle, dans les grandes villes de votre pays, les jeunes de L'ouest que vous voyez avec des pousse-pousses remplis de quincaillerie et d'autres marchandises, travaillent pour les patrons de quincailleries qui viennent des villages dont les chefferies sont riches. Ces jeunes vont chaque matin chercher leur pousse-pousses remplis de marchandises de quincailleries, ils marchent toute la journée dans la ville. Une fois le soir tombée, ils vont verser la recette de la journée et garder le pousse-pousse. Le lendemain matin, le même circuit. C'EST TRÈS MALSAIN. MAIS C'EST COMME ÇA.
Ces jeunes ne savent pas que c'est comme ça.


Raison pour laquelle je vous dis toujours que ces jeunes de L'ouest sont aussi victimes comme tout le monde... ça n'a rien à voir avec Paul Biya. Car Paul Biya ne leur jamais demandé de choisir quel village à L'ouest doit travailler pour enrichir l'autre. C'est eux-mêmes qui ont mis ce système en place entre eux.


Pour les PME qui exercent dans les travaux publics, 99% sont de L'ouest issue des grandes chefferies riches. Les autres issus de petites chefferies pauvres de L'ouest, n'y ont pas droit. Par contre, on peut recruter ces jeunes qui viennent des villages pauvres pour creuser, mélanger du béton toute la journée. Le soir on les pays 1500 fcfa et ils ne diront rien...
Lorsque Essimi MENYE découvre tout ça, il demande au président de ne plus subventionner les PME. Il venait juste de dire ce qu'il ne fallait pas.
Comme 90% des PME sont entre les mains des ressortissants de L'ouest et que cette grosse enveloppe atterrissait directement dans cette banque privée, ils ont réussi à évincer Essimi MENYE envoyé au ministère de l'agriculture.
Il fallait dont trouver une personne qui doit couvrir Emmanuel Lebou dont le travail était de gérer le fichier solde de l'État du Cameroun.


En gros Emmanuel Lebou est celui qui virait tous les salaires des fonctionnaires du Cameroun y compris celui du président de la république.
Il fallait pas avoir de problème avec Lebou. Il pouvait bloquer ton salaire pendant des mois, et il le faisait tout le temps à toute personne qui osait le contrarier. Il y a des gens qui pouvait rester 6 mois sa recevoir de salaire à cause de lui. Si tu tentes de te plaindre, il t'enfonce encore plus.
Il fallait dont trouver une bonne personne pour prendre la place de Essimi MENYE le plus rapidement possible. Cette personne devrait protéger et, Emmanuel Lebou et, le financement des PME et tout le reste.


Cette personne c'est Alamine Ousmane Mey. Directeur Général de cette banque privée.
Ousmane Mey prend le ministère des finances le 9 décembre 2011. Le malaise se fait ressentir. Il y a quelque chose qui ne va pas.
Ceux qui, en interne ont convaincu le président à placer monsieur Ousmane Mey à ce poste, savent que ce n'est pas bien. Pas parceque monsieur Ousmane Mey est incompétent, non. Au contraire, il est très compétent pour ce poste, sauf qu'il y a un conflit d'intérêts trop flagrant.


Pour éteindre le feu et calmer le jeu, on active les réseaux francafricains.
Le journal JEUNE AFRIQUE est appelé en renfort.
Deux semaines après sa nomination, voyant que le malaise devenait de plus en plus grand, "Jeunes Afrique" degaine avec un gros titre:
?Cameroun, Alamine Ousmane Mey, le Ballon d'or de la finance? le décor est planté...
Maintenant Emmanuel Lebou peut faire tout ce qu'il veut avec l'argent des camerounais...
Entre temps, le Camerounais est là à danser du kwassa-kwassa et ne sait pas ce qui se passe. Tout simplement parcequ'il ne veut pas s'y intéresser... Ceci est juste la synthèse.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter