Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 09 30Article 545413

Opinions of Wednesday, 30 September 2020

Journaliste: Ndzana Seme

Tribalisme: voici comment le régime Biya manipule de peuple pour s'éterniser au pouvoir

Consultez ces deux listes d'admissibilité des étudiants dans deux grandes écoles du Cameroun, publiées en septembre 2020.

1) Ecole africaine des métiers de l'architecture et de l'urbanisme (AEMAU) – ministre de l'habitat et du dévéloppement urbain, Madane Courtes née Ketcha Celestine, une baganté de l'Ouest.

Les noms sur cette liste sont presque tous Bamiléké. Ce qui indique que le régime Biya a demandé à sa ministre bamiléké d'opérer intentionnellement une telle discrimination tribale, afin de montrer que la «victimisation et marginalisation» des bamiléké par son gouvernement, avancée par Maurice Kamto (en termes peu voilés) et certains de ses supporters tribalistes (tous les jours), est un mensonge, et que le régime Biya n'est pas tribaliste. La preuve.

2) Ecole nationale d'Administration (Eman), auditeurs de justice des comptes – ministre de la fonction publique, Joseph Le, un maka de l'Est, tribu assimilée aux Ekang (bulu, beti, fang et autres).

Ici, la liste des admissibles à l'Enam dans cette branche comporte les noms des nordistes, bulu, beti, bamiléké, et d'autres tribus, afin de montrer que le régime Biiya n'est pas tribaliste.

La vérité c'est plutôt que le régime Biya est françafricain, au service de la France, composé d'individus de toutes les ethnies du Cameroun, choisis personnellement par Paul Biya dans ses décrets présidentiels.

Le problème du régime Biya n'est pas du tout tribal, mais plutôt:

1. le pillage des fonds et biens publics,

2. le refus de réaliser les investissements publics dont le peuple a besoin dans ses localités,

3. la corruption dans les services publics,

4. l'instrumentalisation d'un faux tribalisme (hier contre les anglo-bami du temps de Fru Ndi, aujourd'hui contre les bami) pour diviser le peuple et le distancer de la tribu bamiléké et de la communauté des anglophones que redoute le régime, afin qu'il ne se révolte pas,

5. le terrorisme contre tous ceux qui résistent à son oppression, et

6. tous les autres mauvais actes tous commis par ce groupe de quelques centaines d'«élites» par nominations présidentielles, qui comptent sur le soutien de la France pour s'éterniser au pouvoir.

Aucune puissance extérieure, aucun soulèvement militaire, et aucune rebellion armée, qui chacune serait condamnée par la communauté internationale conformément au droit international, ne pourra efficacement libérer le Cameroun des griffes de la France.

Seul le Peuple souverain de toutes ses ethnies et communautés, dans la rue, peut mettre fin à cette malédiction, que la France a installée au Cameroun en nous imposant ses laquais et fantoches comme Ahmadou Ahidjo et Paul Biya, et l'on ne sait qui demain.

C'est seulement dans la rue que la Libération du Cameroun surviendra, permettant ainsi à notre pays de pouvoir amorcer son développement et sa prospérité, dans la démocratie et la paix.

Tribalisme

Tribalisme

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter