Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 07 20Article 468088

Opinions of Saturday, 20 July 2019

Journaliste: BORIS BERTOLT

Tribalisme: le plus grand buisness de Paul Biya

Il ne faut pas détester ces compatriotes plein de haine de tous les bords. Ces tribalistes primaires qui arpentent nos rues. Ils sont des otages et des malades d’un homme: Paul Biya. Un homme dont le seul projet de gouvernance a toujours été de créer la haine entre les camerounais pour se maintenir au pouvoir. Il ne monte pas seulement les gens des mêmes tribus contre les autres. Mais il monte même les frères contre d’autres frères. Il a fait de la haine son fond de commerce.

Avant de vous illustrer comment ce type est méchant. Disons d’abord que l’une des caractéristiques des gens méchants c’est le manque d’ambition. Plus portés vers la haine de l’autre plutôt que de travailler à l’ouverture de nouveaux horizons. A l’exception des génies du mal la majorité d’entre eux sont peux intelligents, ont horreur de tout ce qui brille et font de la médiocrité leur credo. C’est le cas de Paul Biya. D’ailleurs en 37 ans de pouvoir il aura réussi à nous faire regretter l’ère Ahidjo. C’est dire symboliquement comment ce monsieur a échoué.

Mais revenons à son management de la haine:

- En 1984, à la suite d’une tentative d’un coup d’Etat ( d’ailleurs aujourd’hui contesté par des acteurs de l’époque), il mène une épuration ethnique des ressortissants du grand Nord. Sous prétexte que ce sont eux qui étaient derrière le coup d’Etat. Il dira aux autres camerounais que le grand Nord veut prendre le pouvoir du Sud. Cette stratégie lui aura permis d’éliminer au nom du tribalisme tous les ressortissants du grand nord dans la haute administration et dans l’armée et la garde républicaine. Les charniers sont connus.

- En 1990, un vent de democratisation souffle sur tout le continent. Dans la plupart des pays africains c’est la volonté de démocratisation. Avec le discours de la Baule, Miterrand, le President français, conditionne l’aide publique au développement (APD) au processus de démocratisation. Au Cameroun Paul Biya invente le complot Anglo - Bamileke pour se maintenir au pouvoir en accusant les ressortissants anglophones et Bamileke de vouloir prendre le pouvoir alors que les camerounais de tous les bords comme ceux des autres pays africains aspiraient à la démocratie.

- En 1997, Paul Biya fait introduire dans la constitution les concepts d’allogènes et autochtones. L’objectif c’est de segmenter tribalement la société en faisant croire que certains camerounais e sont pas chez eux partout au Cameroun. Comme si un seul camerounais est né avec un lopin de terre. Or les seules populations qui peuvent être considérés comme autochtones ce sont les pygmées. Un peu comme Donald Trump qui accuse les noirs et latinos d’être des étrangers aux États-Unis alors que lui même est fils d’immigré et sa femme Melania Trump vient récemment d’obtenir la nationalité américaine.

- En 2012, après l’arrestation de Marafa Hamidou Yaya, Paul Biya monte les populations du Centre Sud contre celles du grand Nord. Les accusant d’être derrière Boko Haram. Souvenez-vous de l’appel de la Lekie. L’objectif était déjà de renforcer le socle tribal de son pouvoir à un moment où les camerounais pensaient qu’il s’agissait de son dernier mandat.

- En 2016 au début de la crise anglophone, ils prétendent que les anglophones veulent renverser le pouvoir de Paul Biya derrière leurs revendications pourtant légitimes. Il envoie son armée qui aujourd’hui est accusée de genocide.

- Depuis 2017, alors que tous les camerounais reconnaissent qu’il a échoué, avec la montée en puissance de Maurice KAMTO qui s’est toujours illustré par un discours rassembleur et a démontré le caractère national du MRC, il a créé de nouveau le complot Bamileke qui s’est amplifié après les élections présidentielles.

En réalité l’objectif de Paul Biya a toujours été de déplacer le débat sur son incompétence pour le situer sur la question tribale. Paul Biya pousse la perversion à son comble en divisant y compris les populations d’une même communauté. Il monte les peuls contre les Kirdi. Les Bamoun contre les Bamileke, les populations du Sud Ouest contre les populations du Nord-ouest, les Douala contre les Bassa, les populations de Sangmelima contre celles d’Ebolowa. Sa logique a toujours été de cliver au maximum pour empêcher la formation d’une coalition hétéroclite qui va le renverser. Le tribalisme est la matrice intellectuelle de la gouvernance de Paul Biya.

Nous ne devons plus tomber dans ce piège. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui sont attaqués n’ont pas le droit de se défendre. Non. Cependant nous devons avoir en ligne de mire que le terrain de prédilection de Paul Biya c’est le tribalisme. On ne joue pas sur le terrain de son adversaire. Maurice KAMTO l’a compris depuis. C’est pourquoi il s’est toujours positionné en rassembleur face au Buisness de la haine qu’est Paul Biya.