Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 05 17Article 597316

xxxxxxxxxxx of Monday, 17 May 2021

Source: Mbombog Mbog Matip Emmanuel

Toujours gardé à Kondengui le journaliste Mbog Matip annonce une grève de la faim

Notre confrère Mbombog Mbog Matip Emmanuel, fait une grève de la faim à partir du jeudi 20 mai prochain depuis sa cellule à la prison de Kondengui, où il est gardé depuis 10 mois sans jugement. Dans une tribune parvenue à la rédaction de Camerounweb, le journaliste dénonce qu'il ait été gardé en prison 'abusivement' dans le cadre de son travail d'investigation, 'sur une tentative de coup d'état contre Paul Biya'.

Voici sa tribune

J'annonce ici ma grève de la faim d'une durée illimitée que je démarre le 20 mai 2021 depuis la prison centrale de Yaoundé Kondengui au Cameroun.

Mes grandes motivations concernant cette grève de la faim sont :

- 10 mois de détention abusive sans que la loi une seule fois soit respectée.

- 10 mois de détention abusive, arbitraire, illégale, tortures, mes droits de l'homme, de journaliste, du presse et d'expression bafoués par les abus de la justice militaire de Yaoundé au Cameroun, d'abus d'autorité et du pourvoir du régime de Yaoundé.

-10 mois de détention provisoire illégale et abusive violant la constitution camerounaise.

- 10 mois de détention arbitraire et abusive comme un prisonnier politique et des consciences.

- 10 mois de détention provisoire illégale prolongée sans jugement.

- 10 mois de détention abusive sans que je sois notifié selon la loi sur un jugement quelconque par le tribunal militaire de Yaoundé au Cameroun.

- 10 mois de détention abusive dans les conditions animales.

Moi, Mbombog mbog Matip Emmanuel

je suis journaliste d'investigation, directeur de publication du journal climat social et président de la ligue nationale de défense des droits des personnes défavorisées au Cameroun, je voudrais savoir lors de ma grève de la faim, vraiment savoir ce madame Mbazoa épouse Eko Eko maxime, présidente du tribunal militaire de Yaoundé et son tribunal militaire de Yaoundé me reprochent ? Oui je veux vraiment savoir avant de rendre l'âme, pourquoi je me retrouve au tribunal militaire de Yaoundé au Cameroun ?

Ma grève de la faim qui démarre à la prison centrale de Yaoundé kondengui au Cameroun le 20 mai 2021,d'oû depuis 10 mois je suis muselé, sinistré, Prise en captivité et en otage aura pour objectif central, ma libération immédiate, et que bien après monsieur Paul Biya le président de la république du Cameroun pour un procès équitable, personnellement ouvre les nouvelles enquêtes sur mon affaire devant les juridictions compétentes et surtout devant les magistrats camerounais dignes de ce nom, car mon affaire doit produire le salut dans toutes les domaines au Cameroun( en tant que journaliste et patriote camerounais, je suis une bibliothèque incarcéré abusivement pour le salut du Cameroun et du peuple camerounais).

Depuis 10 mois, je suis abandonné par les autorités camerounaises qui ont exercé la solidarité gouvernementale alors que l'intérêt Cameroun avant tout, j'ai écrit concernant mon affaire au moins à vingt autorités de ce pays pour les informer, et personne n'a réagit( j'ai des décharges).

Je suis détenu à la prison centrale de Yaoundé kondengui au Cameroun, depuis le 07 septembre 2020, date à laquelle j'ai été traduit à 22 heures devant le juge d'instruction militaire Misse Njone Jacques Baudouin , qui sans interrogatoire et avec beaucoup de menaces, m'a inculpé de propagation des fausses nouvelles, et toute de suite a ordonné ma mise en détention provisoire illégale et abusive pour une durée de six mois, jusqu'au 07 mars 2021.

Comble de malheurs, depuis le 07 mars 2021 je suis toujours arbitrairement détenu à la prison centrale de Yaoundé Kondengui, alors ma détention provisoire illégale et abusive n'a nul part été notifiée selon la loi par le tribunal militaire de Yaoundé au Cameroun.

Une confusion concernant mon affaire existe au tribunal militaire de Yaoundé au Cameroun, deux semaines avant que ma détention illégale et abusive arrive à son terme, verbalement madame Abéga Mbazoa présidente du tribunal militaire de Yaoundé tente de violé la loi en parlant d'un jugement déjà devant la barre au tribunal militaire de Yaoundé, alors que le commissaire du gouvernement monsieur Cerlin Belinga sur une correspondance m'adressée le 11 mars 2021, me parle plutôt de la Récusation du juge d'instruction donc dit qu'il était incompétent selon ma demande, le commissaire du gouvernement le patron du ministère public du tribunal militaire de Yaoundé, nul part dans sa correspondance ne m'a nul part parlé d'un quelconque jugement contre moi au tribunal militaire de Yaoundé au Cameroun.

Depuis 10 mois je suis abusivement détenu à la prison centrale de Yaoundé kondengui au Cameroun, dans le cadre de mon travail du journaliste d'investigation, j'étais en train d'enquêté sur une tentative de coup d'état contre Paul Biya le président de la république du Cameroun, d'où le nom de Émile Joël Bankoui commandant de la sécurité militaire est cité.

je suis détenu abusivement à la prison centrale de Yaoundé Kondengui au Cameroun, depuis 10 mois ,dans le cadre de mes fonctions du journaliste, dénoncé dans mes enquêtes les braqueurs camerounais arrêtés au Togo pour braquage pour le vole des voitures de luxes commandité par le pasteur Oswald Baboke, Ministre directeur du cabinet civil adjoint à la présidence de la république du Cameroun.

Bien avant mon incarcération abusive et illégale , le 17 Aout 2020 le jour que je fus enlevé à mon domicile à Yaoundé au Cameroun à 10h du matin par six hommes cagoulés et lourdement armés sur instructions du colonel Émile Joël Bankoui commandant de la sécurité militaire, j'ai subi toute sortes de tortures de 11 h à 22h par Émile Joël Bankoui dans ses bureaux , et après transféré à 22h au secrétariat d'état à la défense chargé de la gendarmerie nationale(SED), d'où j'ai été séquestré par une garde à vue abusive par Émile Joël Bankoui en complicité avec le commandant du service central des recherches judiciaires illégalement et abusivement dans les sombres cellules du SED préparées pour les prisonniers politiques camerounais pendant trois semaines.

Je suis Mbombog mbog Matip Emmanuel journaliste d'investigation, directeur de publication du journal climat social, et président de la ligue nationale de défense des droits des personnes défavorisées du Cameroun, détenu arbitrairement à la prison centrale de Yaoundé Kondengui au Cameroun uniquement pour les raisons professionnelles.

À l'attention , À l'attention, À l'attention,

- De Son Excellence Paul Biya ,Président de la République du Cameroun, Chef de l'État !!
- la Communauté Internationale !
- Monsieur Arnaud Froger ,le Responsable Bureau Afrique du Reporters sans Frontière( Rsf) !
- Madame Angela Quintal Coordinatrice Cpj Afrique !
- Alex Koko À Dang président national du syndicat national des journalistes indépendants du Cameroun( SYNAJIC) !
- tous ces hommes et femmes des médias qui ont signé la pétition, initiée par le président national du syndicat national des journalistes indépendants du Cameroun( SYNAJIC) Alex Koko à Dang pour réclamer ma liberté.
- Njiki Fandono amnesty internationale depuis la France !
- Michel biem tomg journaliste Web exilé en Norvège !
- Mimi Maffo Infos Journaliste exilé au États-Unis !
- Équinoxe Télévision !
- Vision 4 Internationale !
- le commissaire junior zogo depuis la France !
- flash Ndiomo le directeur de publication du journal le zénith et tous ses collaborateurs depuis Yaoundé au Cameroun !!
Le directeur de publication du journal la république et tous ses collaborateurs,!!
- le directeur de publication du journal horizon nouveau et tous collaborateurs !
- le directeur de publication du journal la dépêche du midi et tous ses collaborateurs ! !
- le directeur de publication du journal la revue des patriotes et tous ses collaborateurs !!
- le directeur de publication du journal CamerounWeb et tous ses collaborateurs !!
- le directeur de publication du journal mutation !!
- Solange Elsy depuis la Belgique.
- Fomo Ngota ( société civile) !
- à tous les médias sans les cité , presse écrite, presse cybernétique , et âmes de bonnes volontés qui me soutiennent depuis mon incarcération abusive."

Mbombog Mbog Matip Emmanuel

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter