Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 04 08Article 460395

Opinions of Monday, 8 April 2019

Journaliste: Coupsfrancs.com

Suisse: tout à savoir sur la maladie dont souffre Paul Biya

Le président serait mal en point si on en croit le dossier médical du dictateur , que la B.A.S de Genève a pu se procurer grâce à la bienveillance de médecins acquis à la cause de notre combat .

En effet, souffrant depuis plusieurs années déjà de l'hyperplasie de la prostate , ce qui à son âge , est tout à fait dans l'ordre des choses , nous venons également d'apprendre que le tyran a depuis 2003 , été diagnostiqué de la maladie de Waldenström , c'est -à-dire du même mal dont souffrait naguère et a fini par succomber le président Georges Pompidou le 2 avril 1974 . Alassane Ouattara, le président ivoirien , en souffrirait également .

Alors, qu'est – ce au juste la maladie de Waldenström ? Selon les spécialistes, la maladie de Waldenström, encore appelée macroglobulinémie, est un cancer de sang d'une forme assez rare. Cette maladie d'origine inconnue, a la particularité de n'être ni contagieuse, et encore moins héréditaire. Tous les patients qui en sont atteints, souffrent d'une lésion bénigne d'origine vasculaire, située dans la région ano-rectale, et hyperalgique par intermittence. Ce qui explique la façon particulière de ces patients à marcher, et à ne pas tenir longtemps debout. En plus d'une perte rapide de souffle, l'œil chez le patient a tendance à se déformer en raison de la trop forte accumulation et concentration des métastases.


Les analyses de sang du dictateur camerounais, remontant à 2003 , c'est-à-dire au moment du tout premier diagnostic , énumèrent les hypthèses suivantes: " C'est une maladie du sang qui peut soit être mortelle en dix -huit mois , soit durer dix à quinze ans . " Pas besoin d'être sorcier dès lors, pour conclure que si cela dure depuis 2003 , nous sommes en plein dans la seconde hypothèse !

Depuis sa prestation de serment, nous apprenons que Paul Biya s'est considérablement amaigri, ne mangeant que très peu , et encore sous la pression de sa compagne . Il souffre et saigne abondamment , passe beaucoup de temps dans sa chambre , et reçoit uniquement son chef du protocole , et des membres du premier cercle de sa famille . Sa femme, tout comme sa fille, le pressent afin qu'il reparte toutes affaires cessantes en Suisse , continuer ses soins .

La B.A.S, quant à elle, ne l'entend pas de cette oreille, et compte bien rendre son prochain séjour helvétique le plus désagréable possible . Informée en temps réel, par des complices munis d'appareils traquant systématiquement tout avion qui pénètre l'espèce aérien Suisse , la B.A.S a mobilisé 15000 combattants très déterminés, qui feront mouvement vers l'aéroport dès que l'avion du dictateur touchera le tarmac , en guise de comité d'accueil . À l'heure où je redige ces lignes , nos éléments sont en tournée de repérage dans toutes les cliniques de Genève , Lausanne, Neuchâtel et Baden – Baden en Allemagne , où le tyran a parfois ses habitudes médicales .