Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 05 08Article 596110

Opinions of Saturday, 8 May 2021

Auteur: Marthe-cecile Micca

Succession à haut risque: Paul Biya mourra au pouvoir !

La sereinité ethno-tribale au Cameroun n'existe plus La sereinité ethno-tribale au Cameroun n'existe plus

Pourrions-nous dire que le Cameroun comme la plupart des pays du golfe de guinée connait les soubresauts d'une crise de succession et du changement de l'ordre politique ?

L'actualité laisse croire qu'il existe une bataille entre les potentiels leaders présidentiables et des incertitudes autour de la figure du prochain président.

S'agissant de ces batailles entre les potentiels leaders présidentiables, elles sont révélatrices de la forte mobilisation des abeilles politiques qui gravitent autour du " Nectar - Politique". Ce schéma du combat politique Camerounais a pris corps depuis l'élection présidentielle 1992 et s'est enraciné avec l'élection présidentielle de 2018. Sans oublié les présidentielles de 2011 qui ont vu naitre le fameux récit du G11.

Nous avons progressivement vu se construire les batailles ethniques, les batailles entre coopérations, lobbys sans oublier les solidarités transversales. Nous assistons de plus en plus à une fracture du lien social entre les Betis et les Bamilékés, sans compter les menaces de déstabilisation et les mobilisations revendicatrices de certains groupes ethniques exprimant un statut de marginalisé (les anglophones et les nordistes). Certains groupe socio-minoritaires ne manquent pas à leur tour d'exprimer eux aussi leur mécontentement (Est)...

Plus loin encore nous assistons à une rupture de paix depuis 2016 dans la zone anglophone.

La Sérénité ethno-tribale au Cameroun n'existe plus, elle est entre coupée par des prétentions d'anciens et de nouveaux prédateurs qui aiguisent leurs armes en attendant leur tour.

Quelques caciques compradors sélectionnés dans l'armée, la police, le corps des administrateurs civils, les diplomates etc.

S'agissant des incertitudes autour de la figure du prochain président, il y a lieu de dire que le remplacement politique de l'actuel président n'existe pas. PAUL BIYA MOURRA AU POUVOIR.

Je suis de ceux qui pensent ainsi et je crois que c'est une nécessité pour la stabilité du Cameroun et de la sous-région Afrique Central. Ce qui questionne c'est qu'en l'état actuel, nous ignorons la figure promise ou désignée capable de porter le destin du Cameroun.

Les Hommes charismatiques d'une certaine époque sont aujourd'hui en prison: JEAN MARIE ATANGANA MEBARA et MARAFA HAMIDOU YAYA. Certains ont abandonné leur carrière politique vers l'exil, sans oublier ceux qui investissent dans l'imposture et le griotisme politique. Je me pose souvent la question de savoir si la succession au Cameroun ne sera pas une succession à risque ?
Elle est émaillée de tous les poisons de rancune, des règlements de compte futur et de la crise du changement de l'ordre politique.
Au Sénégal nous avons tous vu venir Macky Sall
Au Gabon nous avons vu venir Ali Bongo etc...
Au Cameroun le schéma est très incertain.

L'horizon de succession au Cameroun est un brouillard ou rien n'est perceptible.

Les lueurs de la figure du prochain leader sont noyées dans les méandres des combats et des luttes politiques qui traversent notre pays.

Vivons-nous les temps d'une succession à haut risque qui fragilise le pays?
L'hypothèse du futur président sommeille dans les chimères de batailles de pouvoir.

L'AIR DE RIEN, LE CLIMAT EST TRÈS ANXIOGÈNE...

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter