Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 04 30Article 594754

Opinions of Friday, 30 April 2021

Auteur: Jean-Pierre Du Pont

Succession de Biya: voici les différentes forces en présence

Les jeux , contrairement aux prétentions et prévisions naïves de certains tenants et aboutissants des certitudes définitives, qui savent tout sur absolument tout et rien à la fois, sauf bien sûr des choses les plus simples et élémentaires qui sautent pourtant à l'œil nu du dernier des néophytes, la succession du roi fainéant à perpétuité, véritable bûcher des vaniteux, est très loin d'être bouclée.

À en juger par les gesticulations et combinaisons auxquelles se livrent les différentes réseaux et officines occultes des uns et des autres dans les coulisses, en lieu et place de pénurie, ce sera plutôt comme disait naguère de Gaulle, au trop plein que l'on assistera.

Le match se jouera à plusieurs inconnues. Car la disparition du dernier fils Aujoulat, rebattra fortement les cartes et changera forcément la donne des idées reçues et préconçues jusqu'ici. Car une bonne guerre civile, en bonne et due forme n'est guère à exclure compte tenu des espoirs que les uns et les autres, suscitent et fondent massivement en leurs poulains respectifs.

Le noyau dur des irréductibles du clan Biya dans sa fraction la plus élargie, et fédéraliste, est disposée à consentir tous les sacrifices, y compris en ressuscitant l'obsolète et somnolent l'axe Nord-Sud, malgré le ressentiment de la majorité des populations du Septentrion, pour cause de manque d'égard à l'endroit des restes de l'ancien président et de son épouse récemment décédée.

Les nordistes, humiliés à plus d'un titre (départ prématuré aux airs de limogeage d’Ahidjo, purge des éléments nordistes de l'appareil sécuritaire et de l'administration, élimination de Marfa etc..), rongent leur frein pour prendre leur revanche dès la première opportunité que leur offrira un rapport de force propice et favorable.

Le peuple Sawa espère rejouer les premiers rôles à nouveau, depuis la pendaison de Rudolph Duala Manga-Bell, pendu par les allemands le 8 août 1914. Les Bassa que nous ne dissocions pas du peuple grand peuple Sawa, cherchent toujours un héritier au Mpodol, même si ce dernier, allergique au fait tribal comme facteur de méritocratie avait en horreur d'être réduit à sa seule appartenance à l'ethnie Bassa.

Les Eton, qui ont donné au Cameroun autonome, son tout premier ministre (15 mai 1957-18 février 1958), en la personne d'André -Marie Mbida, lequel tenait les Boulou pour moins que rien, estiment que le moment est plus que venu pour récupérer ce qu'ils considèrent comme leur dû naturel.
La branche des anglophones modérés non sécessionnistes, mais partisans de l'avènement d'un fédéralisme effectif, tel que agrée lors des accords de Foumban, espèrent un système électoral leur permettant d'avoir des coudées franches, à égalité et en toute transparence avec les francophones, afin qu'ils puissent enfin décider de façon autonome chez eux sur des questions qui les engagent directement au quotidien.

Les Bamiléké qu'il ne faut pas fondre systématiquement dans ce qu'il est prosaïquement appelé les gens de l'Ouest, car il n'y a pas que les Bamiléké qui vivent à l'Ouest, sont bien décidés, pas à exister ès qualité strict sensus, mais à sortir de leur sempiternelle posture et rôle de victimes , pour dire leur mot en jouant leur partition à travers un engagement et la constitution d'un puissant lobby en faveur d'un candidat soucieux de dépasser et transcender le boulet de la problématique tribale, à laquelle tout le monde les mange à toutes les sauces, et dont, il faut bien le reconnaître, ils sont les principaux récipiendaires des effets néfastes et nocifs .

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter