Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 06 05Article 600430

Opinions of Saturday, 5 June 2021

Auteur: William Bayiha

Sismondi Bidjocka sera jugé à Douala

Cabral Libii et Sismondi Bidjocka Cabral Libii et Sismondi Bidjocka

•Selon William Bayiha, le journaliste Sismondi Bidjocka sera bientôt devant le Tribunal de première instance de Douala.

•Une plainte a été déposée contre lui par Cabral Libii.

•Le DG de RIS FM avait accusé le député d'avoir bénéficié des marchés Covid du FMI.


Accusé de diffamation, par le président du PCRN, le Directeur général de RIS FM sera jugé au Tribunal de première instance de Douala. Le journaliste avait dénoncé qu'une plainte soit déposée contre lui, alors qu'il avait déjà diffusé et à plusieurs reprises, le droit de réponse du député.

J'ai lu avec beaucoup d'amusement des commentaires relatifs à la plainte déposée contre sieur Sismondi Barlev Bitjoka devant le tribunal de première instance de Douala-Bonanjo afin qu'il réponde des actes de diffamation.

Une opinion-qui n'est pas connue pour sa bienveillance vis-à-vis de l'honorable Cabral Libii-regrette que la citation directe ait été déposée devant un juge à Douala, en lieu et place de Yaoundé où résident le directeur de RIS Radio et sa victime.

Eh bien, il faut noter qu'en matière de diffamation plus qu'ailleurs, le plaignant a le droit de porter plainte où bon lui semble, y compris à l'étranger si l'envie lui en prend, si il en a les moyens et surtout si il considère que les effets de la diffamation ont traversé les frontières par quels que moyens que ce soit.

Si vous voulez que vos procès en diffamation ne se tiennent jamais en dehors du département du Mfoundi i.e. la ville de Yaoundé intra muros, arrangez-vous que vos paroles ne dépassent pas les murs de la ville.

Lorsque j'étais à l'école de journalisme, le Prof Albert Mbida, enseignant du droit des médias, nous a plusieurs fois raconté que le risque dans les affaires de diffamation est la possibilité pour le plaignant de saisir plusieurs tribunaux en même temps pour la même affaire.

Quand on demande aux gens de se former, ils disent que ce n'est pas important. Ils maîtrisent.

Quelqu'un d'autre que le leader du PCRN aurait porté plainte à son «procureur» dans les dix régions du Cameroun. L'idée étant de rendre sa défense impossible et de faire condamner l'auteur présomptif de propos diffamatoires sur tapis vert.

Il n'en a rien été. Il faut que la vérité se manifeste. Le document que l'on a passé la nuit à lire, on veut aussi le lire. Sismondi que l'on plaint aujourd'hui a pris le parti de dire urbi et orbi ses accusations selon le mode de diffusion qu'il a choisi - à savoir les ondes radio, sa page Facebook et les groupes WhatsApp.

Les conseils de l'honorable Cabral Libii ont pris le parti de lui faire une citation directe à Douala pour les faits de diffamation. Une autre citation directe lui a été servie à Yaoundé vu qu'il a pris sur lui de ne pas diffuser le droit de réponse et puis le nouveau président du Conseil national de la Communication devra aussi nous dire ce que son institution pense du journalisme à la Sismondi.

Quand tous ces dossiers seront instruits, jugés et clos, le droit aura été dit. J'ai foi que la vérité aussi.

PS
Par principe, quand je lis les commentaires de certaines gens sur les options de l'honorable Cabral Libii, je sais que la bonne chose à faire est exactement à l'opposé de ce qu'ils conseillent.

William Bayiha

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter