Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 05 28Article 516289

Opinions of Thursday, 28 May 2020

Journaliste: Paul fils Eloundou Officiel

Simon Meyanga condamné même après sa mort


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le défunt journaliste membre de la cellule de communication du comité central et ex chef de la cellule de communication de la caisse nationale de prévoyance sociale ( Cnps) continue de faire les choux gras de la presse, même après sa mort.

La vérité est que Simon Meyanga a été chassé de la Cnps comme un mal- propre. D'ailleurs à l'époque ou l'affaire avait surgit, il avait confirmé la véracité d'un article d'un de nos confrères. D'où vient t- il aujourd'hui qu'on arrive à manipuler l'opinion publique? Entre vérité et contre- vérité, où sommes-nous ?

Respectons la douleur de la famille !

Ce fut un modèle pour moi, je vous prie de taire ces débats.
Voilà un article à l'époque du licenciement que j'associe la capture d'écran de vérification

URGENT !!! Le DG de la Cnps vire Simon Meyanga

Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame a mis fin, à compter du 23 janvier 2020, au contrat de travail liant la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) au cadre employé au Centre de prévoyance sociale du secteur informel Yaoundé, pour cause d’abandon de poste.

Un coup de massue ! La décision n°249/20/DG/Cnps du 24 février 2020 du directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps), constatant la rupture du contrat de travail liant la Cnps au sieur Simon Meyanga, est tombée drue, tel un couperet ! Simon Meyanga, brillant journaliste, issu de la 31eme promotion des journalistes outillé à l’Esstic, bien connu des auditeurs et des téléspectateurs comme présentateur attitré des tranches d’informations, d’espace de propagande du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), parti au pouvoir, aussi bien à la radio qu’à la télévision nationales, ne fait plus partie des effectifs de la Cnps.

La décision de Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, directeur général de la Cnps de limoger son collaborateur est motivée d’après la notification dont Le Messager a pu obtenir copie, par un procès-verbal de constat d’abandon de poste daté du 19 février 2020 et des demandes d’explication écrites en date du 3 et 7 février 2020. Simon Meyanga, matricule 6476 ? Était en service au Centre de prévoyance sociale du secteur informel de Yaoundé, avant de recevoir la savate de son Dg, qui l’éjecte sans ménagement, de la Cnps. D’après l’article 2 de la note du Dg, Simon Meyanga aura droit à un contrat de travail, une allocation de congé annuel calculé, au prorata tampons pour la période allant du 6septembre 2019 au 22 janvier 2020. Pire, il sera déduit des droits de l’intéressé les sommes dont il serait redevable à l’organisme sans préjudice de poursuite judiciaire.

Licenciement abusif

Pour achever l’humiliation, il est dit dans la notification, que Simon Meyanga doit restituer sa carte professionnelle à la Cnps. Quand on gratte le vernis sur cette décision qui vire Simon Meyanga, il appert qu’il s‘agirait d’un licenciement abusif, un règlement de compte si ce n’est un complot ourdi dans le dos du pauvre journaliste. Sinon, comment comprendre que Mekulu Mvondo Akame ait fait fi de la correspondance du président de la sous-commission de la communication, mise sur pied par le Comité central du Rdpc dans le cadre des élections législatives et municipales du 9 février 2020 ?

Dans cette missive au Dg de la Cnps, Pr Jacques Fame Ndongo, président de cette sous-commission, par ailleurs ministre d’Etat, en charge de l’Enseignement supérieur, signifie au destinataire que Simon Meyanga, cadre en service à la Cnps a été désigné par le Sg du Comité central du Rdpc comme «membre de la sous-commission de la communication de la commission nationale de campagne électorale pour double scrutin du 9 février 2020. A cet effet, il est chargé de la production quotidienne pour le compte de notre parti, des émissions de propagande électorale à la Crtv radio et Tv. Aussi ai-je honneur de vous prier de bien vouloir lui accorder une autorisation d’absence, afin de lui permettre de se consacrer entièrement à cette tâche hautement délicate et complexe. Le camarade Simon Meyanga reprendra le service à la Cnps une fois le processus électoral terminé».

Humiliation

D’où vient-il que la demande de permission exceptionnelle d’absence délivrée à Simon Meyanga par le chef de centre de prévoyance sociale secteur informel de Yaoundé ne prenne en compte que la période du 21 janvier 2020 au 15 février 2020, alors que la note du ministre d’Etat, président de la sous-commission communication, Jacques Fame Ndongo, actant en lieu et place du Sg du Comité central, Jean Nkuété, parle de la reprise du service à la fin du processus électoral ? Cette méprise (volontaire ou non) semble être la chausse-trappe mise en branle pour traquer le journaliste et lui régler ses comptes. Le Dg de la Cnps balaie-t-il du revers de la main les hautes instructions du Sg du Comité central du Rdpc, dont il est membre ? Difficile de ne pouvoir répondre par la négative, au regard de la diligence des procédures ayant conduit au licenciement d’un cadre du parti au pouvoir, en dépit des dispositions officielles que l’intéressé a prise.

Selon toute évidence, le divorce entre le Dg de la Cnps et Simon Meyanga traduit en souterrain, le mur d’incompréhensions érigé entre les deux hommes, œuvre des colporteurs des ragots et des comploteurs qui se frottent, aujourd’hui, les mains d’avoir accompli leur sale besogne. Au nom des services rendus au parti pouvoir, au nom de sa loyauté et sur la base de son dévouement, Simon Meyanga ne mérite pas untel traitement teinté d’humiliation, de mépris et d’ingratitude. Que le Sg du Comité central à l’origine des ennuis de Meyenga dans son ancien service se saisisse dans l’urgence de cette affaire qui fait jaser. A défaut de trouver un autre strapontin socioprofessionnel à ce cadre du parti qui n’aspire qu’à servir…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter