Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 03 18Article 581041

Opinions of Thursday, 18 March 2021

Auteur: www.camerounweb.com

Simon Metsengue accuse la France de faire volte-face sur le Grand Dialogue National

Il y’a quelques jours, le ministre français des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian publiait une note dans laquelle il indiquait que le Grand Dialogue National organisé en septembre 2019, en vue de régler la crise anglophone a été un échec. Pourtant son gouvernement avait salué longtemps à l’avance cette initiative. Réagissant à cette actualité, le journaliste et militant du Rdpc Simon Metsengue estime que la France a changé de ton parce qu’elle est en train de perdre ses intérêts au Cameroun. Lire en intégralité sa contribution.

En lieu et place d’une reforme comme souhaitée par Paris sur le FCFA, les Pays de la CEMAC ont choisi d’envisager la sortie. Cette situation désobligeante qui rend tendue les relations entre L’hexagone et Yaoundé. Cela justifie t’il la tentative de manipulation de l’opinion sur la question du Grand Dialogue National par Le drian ? Que gagne l’Elysée à voir le Cameroun sombrer dans le chaos ?

Alors que le Cameroun poursuit sagement la pacification des régions en crise sur son sol à savoir, l’Extrême-Nord, le Nord-Ouest et le Sud-ouest grâce à de sages décisions prises sur le plan militaire et sociopolitique par les autorités de Yaoundé, sages décisions marquées par la création de la commission du bilinguisme et du multiculturalisme , les centres de Désarmement, de démobilisation et de réinsertion des ex-terroristes camerounais mais aussi de l’organisation du Grand dialogue National en Octobre 2019 ayant abouti à des résolutions historiques pour la sortie de crise mais aussi qui renforce le vivre ensemble voici qu’un pays partenaire pour des raisons égoïstes tente de venir saper tous ces efforts .

LE DRIAN EN PLEINE DANSE BAFIA

Arrivé au Cameroun parce que tout allait mal au port Autonome de Douala pour son compatriote Bolloré, Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères le 23 Octobre 2019, Jean-Yves Le Drian est venu tenter une opération de charme auprès des autorités camerounaises. A son arrivée, le Groupe Bolloré avait déjà perdu le PAD au profit d’un autre groupe étranger d’origine asiatique. L’affaire avait été portée au niveau des juridictions camerounaises. Pour y arriver il fallait qu’il apporte son soutien au GDN pour avoir les faveurs d’Etoudi. Les autorités de Yaoundé ont suspendu le contrat avec le consortium asiatique qui avait repris le PAD dans l’attente du verdict. La France par la voie de son Ministre des affaires étrangères a donné caution au GDN au moment où seul l’ONU, la Chine, la RUSSIE et les pays africains étaient les seuls instances à crédibiliser le GDN. Lors de cette visite, la diplomatie française se disait satisfaite d’ « une étape importante, attendue, mais qui doit se poursuivre ».


Interpellé par un député sur le Cameroun le 18 Décembre 2019 il répondait : « Le président du Cameroun s’est engagé sur la voie de la décentralisation, a-t-il répondu, parce qu’il s’est engagé sur le fait que ces deux régions bénéficieront d’un statut spécial au terme du processus législatif. Et parce qu’il y a eu, à l’initiative des autorités, un grand dialogue national qui s’est tenu à Yaoundé à la fin du mois de septembre. Donc nous devons garder une grande vigilance, parce que la situation est difficile, mais nous sommes plutôt, en ce moment, sur une dynamique positive. » . Parti d’une « dynamique positive, avant le 31 Décembre 2019, date de la fin du contrat entre Bolloré et l’Etat du Cameroun. Dès lors que Yaoundé lui-même a décidé d’exploiter son propre terminal à conteneur, le GDN est devenu un non évènement pour la France.

Entre pays jamais d’amitié tout est intérêt

Dans une lettre qui fait le tour des réseaux sociaux, datant du 04 Mars 2021, Yves Le Drian espère un autre dialogue inclusif car pour la France la solution à cette crise sécuritaire qui sévit au NOSO ne peut avoir qu’une issue politique. En 1 an ce pays a viré sa position de 180 degrés. Qu’est ce qui peut motiver un tel revirement si ce n’est les pertes en dizaine de milliards de FCFA que la France perd du fait du départ de Bolloré du PAD. Durant la gestion de Bolloré 15 ans durant, celui-ci versait dans les caisses de l’Etat moins de 5 milliards de FCFA par mois. Le pays avec sa gestion actuelle sans Bolloré a des recettes de plus de 15 milliards par mois. En se fondant sur ces chiffres le pays aurait perdu en 15 ans 1 200 000 milliards dans sa collaboration avec la France dans le secteur. Cela explique amplement la colère de Paris qui à plusieurs reprises a manifesté son mécontentement. On se souvient des propos outrageant du jeune président Français à l’endroit du président Camerounais le 25 Février 2020, dans un grotesque montage de son protocole ayant utilisé pour prétexte l’interpellation d’un casseur des ambassades du Cameroun à Paris « Calibri-Calibro ».

Outre ce qui précède, la question de la sortie du FCFA par le Cameroun et par voie de conséquence toutes les autres nations de la CEMAC ne donnent plus le choix à Paris qui utilise tous les moyens dont il dispose pour affaiblir le régime de Yaoundé.

La France maintenant hors-jeu au Cameroun !

La crise sécuritaire du NOSO est en phase de déclin au Cameroun. Elle vit encore grâce à certains leaders d’opinion et certains pays qui en ont fait un fonds de commerce politique ou alors un outil de chantage. Si ces leaders d’opinion véreux sont déjà affaiblis, beaucoup de patriotes dans le monde se mobilisent à l’idée de trainer devant les tribunaux internationaux les financiers des crimes et horreurs dans ces deux régions du pays. La France membre permanent du Conseil de Sécurité a toujours refusé de demander au conseil de sécurité d’appliquer les résolutions 2426 de lutte contre le financement du terrorisme contre les pays qui hébergent les crimes et horreurs du NOSO. Tout simplement parce qu’elle n’a aucun intérêt à faciliter la fin de cette crise. Mais le Cameroun n’est pas le Mali le Cameroun entend rester maitre de son destin. Il est su de l’opinion que La France se nourrit des crises en Afrique le Cas de la RCA, du Mali et de tous les pays du Sahel. Les Camerounais ne sont donc pas dupes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter