Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 02 16Article 492244

Opinions of Sunday, 16 February 2020

Journaliste: Douala Ngando

Siewe , un Camerounais de la diaspora oublié à Kondengui depuis un an


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le 18 Février 2020, cela fera 1 an, soit 12 mois ou encore 52 semaines pour ne pas dire 365 jours que Wilfried Siewe, un Camerounais de nationalité Allemande, Ingénieur chez le géant électronique Siemens, souffre et agonise dans les mandibules de la junte au pouvoir au Cameroun. Comment pouvons-nous accepter un tel délire ?

Avant d´exprimer ce coup de gueule qui nous fend le cœur, je souhaiterais rappeler à tous les Camerounais, tous les Africains, toute la Diaspora et tous les Allemands que la libération de Siewe est la responsabilité première de la Diaspora Camerounaise d´Allemagne avant d´être celle de tous. Les Allemands étant les moins concerné car si Wilfried Siewe était blanc, il serait déjà libéré depuis belle lurette et mieux il n´aurait jamais été arrêté. Je souhaiterais également remercier tous les amoureux de la liberté qui ont multiplié les initiatives pour maintenir la pression sur le régime de Yaoundé enfin de mettre un terme à cette séparation douloureuse de l’Ingénieur Camerounais de sa famille et de ses enfants.

Wilfried Siewe est donc cet Ingénieur Camerounais, injustement emprisonné à Yaoundé depuis le 18 février 2019. Il aurait été arrêté parce qu’il était en possession du livre de Maurice Kamto, « l’Urgence de la pensée ». Mais alors, près de 12 mois d’incarcération pour un tel motif et pour un membre de la diaspora aux responsabilités familiales et professionnelles aussi importantes, est tout simplement inexplicable. C’est pourquoi nous avons essayé de mener notre petite enquête, en passant quelques coups de fils, pour comprendre les vraies raisons de son incarcération et surtout pourquoi les Allemands et la diaspora Camerounaise n’a pas encore libéré un des leurs. Les résultats de notre enquête sont stupéfiants. Certains aspects vont vous paraître hallucinants, et c’est le cas, mais rassurez-vous très vite en vous rappelant que cet évènement se passe au Cameroun (« Le Wonderfulkistan »).

Pourquoi Wilfried Siewe a-t-il été arrêté ?

Les principales raisons que nous avons recueillies auprès de certains services et de certaines chancelleries sont les suivantes :

Le régime de Yaoundé lui reproche d’avoir fait des prises de vue de certains bâtiments publics de la ville de Yaoundé. La police lui signifiera alors qu’il était interdit de filmer ces bâtiments publics non pas pour des raisons de sécurité mais pour protéger l’exclusivité de leur architecture et de leur beauté. Qu’est-ce qu’un Allemand peut trouver de beau à Yaoundé au point de faire des photos ? Un argument battu en brèche car il aurait suffi de récupérer les photos où la puce de l’appareil. Mais franchement ces larbins du régime débloquent !
Le régime l’accuse d’être en possession des livres de deux illustres professeurs Camerounais Maurice Kamto et Titus Edzoa. Comme ces deux auteurs vivent bien au Cameroun, les points d’interrogation s’épaississent mais sans surprendre car le Cameroun n’aime pas les vraies Professeurs. Mais franchement ces laquais du régime divaguent !
Une autre raison invoquée pour l’arrêter serait qu’il disposait d’un téléphone androïdes, c’est à dire capable de recevoir des vidéo est des buzz qui circulent à profusion sur les réseaux sociaux. Et comme des manifestations contre le régime Camerounais sont très populaire sur le NET, alors il ne peut être que coupable. C’est-à-dire exactement comme toute personne disposant d’un bon téléphone au Cameroun ou ailleurs d’ailleurs. Bref, ces caméristes du régime déconnent complètement !
Le régime de Yaoundé lui reproche d’avoir débarqué au Cameroun dans une période postélectorale pour participer au renversement du régime. Un argument battu en brèche quand on sait qu’un ingénieur Allemand ne peut voyager avec femme et enfants en bas âge dans la capitale camerounaise pour une telle mission. Mais franchement ces valets mythomanes du régime déraillent !
Le régime de Yaoundé lui reproche également, sans aucune preuves, d’avoir participé aux actes de vandalismes dans les locaux de l’ambassade du Cameroun à Berlin le 26 janvier 2019. Cependant, Wilfried a des preuves concrètes qu’il n’a rien à voir ni de près, ni de loin avec ces actes, d’autant plus qu’il se trouvait ce jour à plusieurs centaines de km du dit lieu. Il faut dire que les palefreniers du régime hallucinent en permanence!
Les fins limiers de la junte aurait même trouvé des circonstances aggravantes parce que, nous dit-on, il aurait eu avec lui des papiers Camerounais alors qu’il est Allemand. Un argument que les Allemands, selon les mêmes sources, auraient trouvé comme alibi pour abandonner Siewe dans les mâchoires de la terreur Camerounaise. Si cela était vrai, les Allemands aurait pu contester l’arrestation en demandant alors non seulement d’arrêter les commissaires et les préfets qui lui ont délivré ces papiers mais surtout d’arrêter également tous ceux qui ont cette double nationalité au Cameroun, Biya, Nvondo, Owona, Nkom, etc…. On ne demande pas une faveur pour Siewe. On demande une justice pareille pour tous. Bref, cette raison ne tient pas. Les serviteurs du régime s’étourdissent finalement facilement !
Comme il fallait s’y attendre, il n’y a vraiment pas du grains à moudre pour accuser cet ingénieur en électronique. Force est donc de constater qu’avec ce forfait du régime, tout Camerounais de la diaspora ayant un ou de multiple nationalités, peut se faire arrêter et enfermer dans la prison centrale de Nkondengui (l’une des plus insalubre du monde). Et cela pour des raisons complétement farfelues. Et ce n’est pas tout, ce Camerounais sera traduit devant un tribunal militaire qui est dépourvu d’un calendrier de comparution des accusés (pardon j’allais dire des coupables) et qui ne connait que la torture comme mode d’interrogation. Autre chose, le tribunal militaire n’a, pour l’instant, qu’un seul verdict dans son registre : La peine de mort. Le pays de Manu Dibango est fantastique n’est-ce pas ?

Si la Diaspora validait ce précédent, alors elle se serait constituée exilée à vie ou au plus futur prisonnier du Cameroun. Ce qui serait inacceptable car cela voudrait dire que la diaspora aurait entériner sa contribution à la surpopulation carcérale dont souffrent des milliers de Camerounais qui attendent dans ces mouroirs de prison leur jugement et cela depuis plus de 10 ans pour certains.

Apres cet état des lieux horribles, on se serait attendu à une levée de bouclier digne d’un tremblement de terre car ce Siewe, contrairement aux « sans dents » que nous sommes, est un membre de la diaspora. Cette diaspora qui fait trembler Étoudi et le sérail à partir des rues de Paris, Genève, Montréal, Toronto, Washington, Coppa Cabana (holà ! Je me perds un peu…). Eh bien non, Wilfried Siewe est toujours en prison au Cameroun et cela depuis 1 ans (12 mois ou 52 semaines ou 365 jours) s’il y est encore au 18 Février 2020.

Pourquoi Wilfried Siewe (membre de la toute puissante diaspora) est – il encore en prison?

Les raisons que nous avons récoltées pouvant expliquer que cet ingénieur soit encore en prison sont toutes plausibles et contestables mais il y a de la place pour de l’action et un résultat positif rapide :

Les Allemands ont abandonné Siewe. S’ils le souhaitaient, il sera dehors immédiatement. L’ambassade d’Allemagne au Cameroun, très passif, n’a fait aucune pression sur le Cameroun et ne demande pas la mise en liberté de Siewe. Elle prie le régisseur de la prison d’améliorer les conditions de détention de Wilfried. Améliorer les conditions de détention à Nkondengui ? (je ne savais pas que les Allemand étaient des grands rêveurs). Bref, les Allemands ne se mêlent pas des problèmes des nègres.
La situation de Siewe serait le cadet des soucis de la Diaspora. Cette raison n’est pas vraie car sur les réseaux sociaux on constate qu’il y a beaucoup d’appel à la libération de Siewe. La question est de savoir si cela est suffisant.
La diaspora Camerounaise en complicité avec les représentations diplomatiques étrangères, aurait décidé de brandir Wilfried Siewe comme un exemple pour décourager les membres de la diaspora à venir renflouer les caisses du trésor Camerounais en contribuant au tourisme. Et ceci dans le but de mettre le régime de Yaoundé en difficulté. Une situation que préfère le régime de Yaoundé tant que cela garantit son pouvoir absolu. Mais là aussi, cet argument ne tient pas car la diaspora envoie de plus en plus d’argent au Cameroun pour soutenir les Camerounais gangrenés par la misère. Dans ce domaine, certains considèrent même que la diaspora est le meilleur allier du régime de Yaoundé car sans l’apport de la diaspora, le Cameroun aurait déjà explosé.
La diaspora n’aurait pas assez de stratégie ou d’intelligence pour faire plier le régime des grabataires qui terrorisent les Camerounais et qui viennent régulièrement se reposer dans les cliniques somptueuses de Baden-Baden. Seule la dernière raison de cette catastrophe est plausible car la diaspora est certes active mais le résultat n’est pas là puisque Siewe est toujours en prison.
Au-delà des multiples actions parfois individuelles, notre enquête a dénombré trois principales actions que la diaspora avait concocté pour sortir Siewe de cette ordure.

Les 3 principales actions de la diaspora pour sortir Siewe de la prison.

Une plainte contre l’ambassadeur du Cameroun à Berlin.
D’après l’Etat Camerounais c’est l’ambassadeur du Cameroun à Berlin qui aurait demandé l’arrestation de Wilfried Siewe avec ses preuves à lui montrant que Siewe avait participé aux marches sur l’ambassade. Un mensonge que la diaspora peut saisir pour porter plainte contre cet ambassadeur avec une mise en examen couplé d’une arrestation immédiate. Il faudra qu’il nous présente ses preuves. Mais alors où est donc cette plainte ?

Les manifestations de la Diaspora.
La diaspora Camerounaise, avec la BAS à la manœuvre, aurait planifié une succession de manifestation su l’ambassade du Cameroun à Berlin. Le but, d’après nos informations, serait d’empêcher aux bourreaux de Siewe de dormir. Ils ne dormiront plus tranquille tant qu’ils n’ont pas libéré Siewe. Nous avons vu quelques images mais avec quelle efficacité ?

La diplomatie du bas ventre.
D’après les mêmes sources, et cela n’est pas un secret, la diaspora aurait mis en place un système de récolte d’information pour mettre l’ambassadeur du Cameroun face à ses faiblesses devant une forme de luxure. L’objectif est de planifier un remake de l’aventure d’un ancien futur président Français à New-York. Les media sont en alertes.

Finalement, la diaspora n’a pas abandonné Wilfried Siewe en prison. Elle n’aurait tout simplement pas assez de stratégie ou d’intelligence pour faire plier le régime des grabataires qui terrorisent les Camerounais. Évidemment, les actions en cours peuvent porter leur fruit si elles sont rigoureusement mises en œuvre. Une combinaison de ces actions ne pourrait que catapulter Wilfried Siewe hors de ce cauchemar. J’en appelle donc à tous les Camerounais, tous les Africains et toutes les personnes et organisation de bonne volonté que j’ai déjà essayé de remercier plus haut, à plus se mobiliser pour tordre les mâchoires de ces hyènes qui ont planté leur crocs dans la chair et l’esprit de Wilfried Siewe. Tous les combattants doivent se mobiliser pour ébranler l’ambassade du Cameroun à Berlin. Il faut faire perdre le sommeil à cet ambassadeur jusqu’à ce que Wilfried Siewe soit libéré.

Mon cher Wilfried Siewe, nous resterons debout pour que tu te retrouves à ta juste place, c’est à dire auprès de tes enfants et de ta femme.

Douala Ngando

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter