Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 03 12Article 579226

Opinions of Friday, 12 March 2021

Auteur: Actu Cameroun

Ressenti tribal et Pornculture: les vices créés par le régime pour endormir, selon W. Ekanga

Dans les pays où la conservation du pouvoir représente le seul credo de l'élite dirigeante, l'on remarque que la liberté d'expression n'est pas chose courante. Mais paradoxalement, on observe aussi que cette élite est beaucoup moins regardante sur toutes les déviances et distractions qui contribuent à maintenir le peuple au banc de touche des sujets essentiels.
Dans ces États-là, vous risquez la prison pour avoir simplement exprimé votre désamour envers le Nkukuma. Dans le même temps, chose curieuse, le fait divers, l'alcoolisme, les églises de coma et la Pornmusic sont largement promus et aucunement empêchés.

Pourquoi ? Eh bien c'est simple en prenant un exemple illustratif :
Le 2 septembre 2020, une tribune de " La voix du paysan " ( revue créée en 1988 par le regretté ingénieur agronome Bernard Njonga ) relevait que pour l'année 2019, le Cameroun a importé pour 803 505 tonnes de riz, alors que des structures locals telles que la SEMRY de Yagoua nous promettent depuis des années de couvrir au moins le tiers (1/3) de la demande nationale. Pire encore, le semblant de production qu'elle réalise est exporté sous forme brute vers le Nigeria voisin à des prix féeriques, alors que le Cameroun s'était doté d'une grosse décortiqueuse

A coups de millions ...

... comme d'habitude, dirait-on.

Pourquoi donc ces faits ne sont jamais évoqués ? La réponse est évidente : cela produirait le poison le plus toxique que craignent les dictatures, à savoir le RÉVEIL DES MASSES ! Cela signifie qu'en nourrissant le débat quotidien en sujets de profondeur, l'on conduirait un peuple à ne plus voir en son souverain un demi-dieu exonéré de bilan et de comptes à rendre. L'on entrerait ainsi pour de vrai dans la RÉPUBLIQUE, où l'élite est tenue de justifier sa gestion politique auprès du contribuable.
Et où elle peut être sanctionnée, tant il est vrai qu'en République, le pouvoir est au service de la population, et non pas l'inverse.

LA LEÇON POLITIQUE

Au Cameroun, le pouvoir a malicieusement traîné (et entraîné) sa population dans les limbes de l'absurde. Un univers pourri où le ressenti tribal, les querelles de ménage, la Pornculture, les ragots sur la vie privée et les hectolitres d'alcool déterminent de manière permanente l'ordre du jour. Ainsi, vous n'avez pas le temps de vous demander pourquoi l'on acquiert une nouvelle décortiqueuse si l'on ne produit rien, ou si l'on exporte la maigre production aussitôt qu'elle est générée. Ce qui vous occupera, c'est que : " Jamais un Bamileke / un Nordiste à Étoudi !"

Ou encore : " Je suis sur Facebook pour le Kongossa "
Aucun pays n'a connu l'émergence dans l'exaltation de l'imbécilité. Pendant que tu étais occupé à inventer des histoires de pédophilie censées discréditer ton adversaire politique, les Chinois se demandaient comment poser un engin sur la face cachée de la Lune ( et ils y sont arrivés le 3 janvier 2019 avec le rover Chang'E ). Voilà pourquoi eux, ont un siège permanent parmi les 5 pays au Conseil de Sécurité de l'ONU, tandis que la colonie Cameroun rampera toujours au son de flûte de la métropole France.
Aucune indépendance en vue. Aucune.

Pour faire de la Chine un géant, Deng Xiaoping a entrepris des réformes dès 1978, tout en étant conscient des périls et des embûches que cela entraînerait. Il ne s'attendait pas du tout à une épopée facile, bien au contraire ! Et justement, pour donner du courage à son peuple, il fera sans cesse parler son pragmatisme en ces termes : " La Chine va s'ouvrir au monde, même si quelques moustiques s'y engouffrent aussi"
.
Autrement dit : " Élèvons notre niveau politique, culturel, scientifique et technique, même si cela nous coûte quelques plumes et des millions d'heures de labeur."

EN RÉSUMÉ :

Il est évident que débattre sur le slip de Madame X ou sur la faiblesse de tribu Y est plus facile et plus divertissant que réfléchir à fournir de l'eau à un pays dont le plus grand fleuve fait pourtant 918 km de long. Il est vrai que le cerveau a moins de mal à commenter sur le divorce d'une "star" ou sur le véritable père de l'enfant d'un tel, qu'à songer à revendiquer l'audit d'un axe routier de 7 km à plus de 100 milliards après 11 ans (Yaoundé-Nsimalen, cas unique en Afrique), mais il faut le faire. Ce n'est pas facultatif !
Le discours politique de ceux qui prétendent vouloir le développement doit refléter le rêve qu'ils caressent. Il doit être d'une grande , très grande qualité, dans les écrits , les dires et les gestes.
A mois que l'on ait choisi le marasme absolu et qu'on s'y sente bien.
.EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter