Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 07 30Article 611191

Opinions of Friday, 30 July 2021

Auteur: Pour la promotion du leadership féminin dans le sport- Par Jean-Pierre Nyemeg

Pour la promotion du leadership féminin dans le sport - Jean-Pierre Nyemeg

Les femmes au sein des grandes instances sportives. Les femmes au sein des grandes instances sportives.

En se basant sur la représentativité des femmes dans les instances décisionnelles nationales et internationales du sport, le consultant en droit des affaires lance un plaidoyer pour la place de la femme africaine dans le sport professionnel, aussi bien au niveau de la pratique du sport qu'au niveau de sa gouvernance. Selon lui, Il semble in fine impérieux d’étendre le droit de pratiquer le sport sans discrimination consacré par l’article 13 de la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de discrimination (CEDEF) ratifié par le Cameroun à la participation aux activités politiques, administratives ou managériales liées au sport, ceci en toute méritocratie. Cameroun web.com vous propose en intégralité son analyse.

Le monde se conjuguait au féminin à l’occasion de la célébration, le 8 mars dernier, de la 36eme journée internationale des droits des femmes placée au Cameroun sous le signe du leadership féminin et de l'égalité des sexes à l'ère de la Covid-19. Ce thème de l'égalité des sexes a une résonnance d’autant plus forte aujourd’hui qu’il ne l’avait au XXème siècle à l’orée des revendications de certaines femmes comme Clara Zetkin, initiatrice de la Journée Internationale des Droits des Femmes et matrone en quelque sorte du féminisme moderne. Force est de constater que malheureusement, le sujet de l’égalité des sexes semble être encore une problématique contingente dans le macrocosme sportif en général et dans le milieu sportif camerounais en particulier.

Il suffit de regarder la représentation des femmes au sein des grandes instances sportives nationales ou internationales pour s’en convaincre. Combien compte-t-on de femmes dans les sphères décisionnelles de la FIFA, du CNO et de nos fédérations nationales ? Combien compte-t-on de femmes au sein des dirigeants de clubs ou encore comme encadreuses de nos équipes, qu’elles soient masculines ou féminines ? Pourquoi une femme ne devrait-elle pas être capable de gérer et de manager des athlètes masculins dans certaines disciplines sportives, alors que certaines femmes par exemple arrivent à manager un personnel majoritairement composé d'hommes au sein d'entreprises ou d'établissements publics ou privés ? Ce problème de marginalisation de la femme ne touche pas que le volet politique ou administratif du sport, mais se déporte dans les arènes sportives elles-mêmes où on assiste à un déséquilibre flagrant dans le traitement du sport féminin, que ce soit à travers la faible couverture médiatique apportée par les acteurs de la communication, que dans le financement malingre octroyé par les sponsors et autres financeurs pour les compétitions sportives féminines, quand ces derniers s’y intéressent.

Il y a lieu toutefois de saluer voire d'applaudir le rôle prépondérant que joue certaines femmes dans les hautes sphères de gouvernance du sport mondial. Comment ne pas citer par exemple Fatma Samoura, l'actuelle secrétaire générale de la FIFA, qui a au plus fort de la COVID19 en mai 2020, animé un webinaire autour de la place de la femme africaine dans le sport professionnel, aussi bien au niveau de la pratique du sport qu'au niveau de sa gouvernance. Il nous semble in fine impérieux d’étendre le droit de pratiquer le sport sans discrimination consacré par l’article 13 de la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de discrimination (CEDEF) ratifié par le Cameroun à la participation aux activités politiques, administratives ou managériales liées au sport, ceci en toute méritocratie.

Voilà pourquoi nous pensons que toutes les strates de la société, notamment les pouvoirs publics, les acteurs de la société civile et les milieux académiques, doivent agir en symbiose pour faire de l’égalité des sexes dans le milieu du sport une réalité tangible. Des initiatives telles que le colloque scientifique organisé en novembre 2016 par le Centre d’Etudes et de Recherche en Droit, Economie et Politique du Sport (CERDEPS) hébergé à la faculté de sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II, dont le thème «Femme, Société et Gouvernance du Sport en Afrique» donnera lieu à la publication future.