Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 07 24Article 529942

Opinions of Friday, 24 July 2020

Journaliste: Actu Cameroun

Point de vue sur la gestion des fonds Covid-19: 'où est passé Paul Biya avec sa rigueur et sa moralisation ? '


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

S’il y a un fait négatif caractéristique du règne du Président BIYA, c’est bien évidemment son laxisme face aux dérives de gestion de ses ministres, de ses Directeurs généraux et PCA et de ses fonctionnaires. La gangrène est si pigmentée qu’elle est devenue l’identité remarquable, un emblème du système et même de la nation tout entière. On le sait tous, l’opération épervier instaurée n’est qu’un machin pour épurer ses ennemis plus qu’une machine de répression de la mauvaise gouvernance financière.

Cette manière de gérer le pays selon ses seuls humeurs et intérêts et non selon les principes standards de gouvernance a fini par enlever à la chose publique toute l’autorité qu’elle requiert. Ne vont en prison pour détournement que ceux qui ont attenté au pouvoir suprême. Tous les autres prédateurs, tant qu’ils scandent « Paul BIYA oyé !!!» ils sont blancs comme neige. À qui la faute ? Depuis que des enquêtes gouvernementales sont ouvertes sur des malversations financières et des crimes organisés, quel résultat le peuple a obtenu ?

Nous avons eu des détournements sur les dons liés à la catastrophe du Lac Nyos, les détournements liés à l’argent des camerounais en soutien aux Lions Indomptables en 1994 aux États-Unis, les détournements liés aux dons du Chef de l’État pour les populations sinistrées de l’Extrême-Nord, les détournements liés aux dons du Chef de l’État en faveur des forces de défense au front contre la nébuleuse Boko Haram, en faveur des déplacés de guerre du NOSO etc. Pour quel résultat?

Il n’y a donc rien de nouveau sous le soleil si des camerounais en viennent à faire de la crise sanitaire liée à la covid-19 un label pour l’enrichissement personnel avec des surfacturations qui donnent le tournis. Le riz de l’entreprise Orca vient tout simplement compléter l’enquête du parlementaire du SDF Nintcheu pour comprendre à quel niveau peut aller la cupidité de ceux qui sont désignés pour prendre en charge les pauvres malades. Je le prédisais déjà il y a peu, qu’au sortir de cette pandémie, nous aurons une nouvelle race de milliardaires.

Nous n’en sommes pas si éloignés. Nous pensons qu’il faut revoir dans son entièreté le système de gestion au Cameroun. Sans fausse modestie, nous avons beaucoup à apprendre auprès des pays tels que e Rwanda où l’approche de financement basé sur le rendement a propulsé ce pays d’Afrique des Grands Lacs au rang des gouvernances les plus respectées en Afrique. Pour toute gestion de la chose publique, les parlementaires, la société civile et les enquêteurs indépendants doivent tous avoir un droit de regàrd, peut-être alors que les camerounais auront la décence de respecter ce qui n’est pas leur propriété.

Par Georges Nyazang, expert en communication politique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter