Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 06 21Article 522001

Opinions of Sunday, 21 June 2020

Journaliste: Patrice Nganang

Paul Eric Kingue donne un coup K.O à Maurice Kamto et ses proches


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

C'est très interessant d'écouter ceux deux visions,

1) d'une part de Paul Eric Kingue, maire de Njombe-Penja

2) et d'autre part les videos de Valsero, chanteur en exil volontaire, videos dans lesquelles il s'adresse aux bendskinneurs, aux Ekang-Beti (en français), aux Nordistes, etc.

Les deux posent la question du changement du point de vue économique. Les deux, essentiellement regardent le problème camerounais comme étant une lutte de classes, d'une part, les pauvres, et d'autres part les riches. Et parmi les pauvres, Valsero depuis son bel appartement européen, voit un arc-en-ciel de communautés disparates, tribalo-économiques, qui se retrouvent dans la misère, et celles-ci, si on extrapole, devraient se lancer dans une symphonie populaire à l'assaut d'un pouvoir qui leur échappe, et que leur promettrait, disons, concrètement, Maurice Kamto, pouvoir qui est aux mains des riches. C'est comme un poème de la révolte générale qui est élaboré là de video en video, un rêve éveillé et vidéographé en quelque sorte d'une foule 'dezombifiée' qui se lèverait pour chasser le tyran du pouvoir. J'appellerai cela le romantisme politique, celui par exemple qui inspire 'l'unité africaine', 'la race noire', et bien d'autres phrases qui inspirent les artistes.

Paul Eric Kingue, est plus pragmatique - il est maire, élu local, de Njombe-Penja, et pose un problème tres concret - l'exploitation abusive de carrières dans sa marie, et donc, de la participation de ces exploitants-la au bien-être de sa commune, au bien-être des populations de sa commune. Problème ponctuel qui révèle déjà une contradiction: les exploitants dont un lui a porté plainte, viennent 'd'ailleurs', et cela commence évidemment par des bureaucrates qui 'ont leur village ailleurs', et cela continue avec les compagnies concessionnaires françaises, ou alors d'autres nationalités. il pose clairement la contradiction qui est au coeur de la pauvreté, c'est-a-dire que celle-ci est manufacture, car dans la région dans laquelle il est toute la population habite dans des carabotes, et pourtant c'est une des régions les plus riches du pays. Et il continue en disant que cela s'applique dans le monde entier, que la pauvreté de surface est en fait un produit de l'exploitation, et donc de l'oppression, et pas une donnée immédiate et vécue.

Je sais, dans mon pays ou les différences idéologiques sont nivelées, ou donc on n'a pas l'habitude de voir les clivages idéologiques qui fondent des vues différentes de la politique, on dira que les deux disent la même chose, et pourtant c'est faux. Valsero est romantique, tandis que Paul Eric Kingue est pragmatique. Cela vient sans doute du fait que les deux aient des parcours politiques différents, que donc les deux soient venus à la politique par des chemins différents, Valsero par la chanson et Paul Eric Kingue par les élections. Il demeure, la formulation de la question camerounaise du point de vue économique trouve un écho évident dans le travail de Paul Eric Kingue, car déjà il se retrouvera dans quelques jours au tribunal pour une autre de ses batailles, de celles qui l'ont mené en prison déjà en février 2008 - et Maurice Kamto était alors ministre de Biya -, prison ou il a passé neuf ans. Sa bataille est la plus vielle de l'histoire du front économique, la lutte contre les conglomérats, contre les monopoles, et donc contre l'exploitation.

Qui donc mènera cette lutte? C'est la ou la différence est claire, car Valsero dit que ce sont les bendskinneurs, les Ekang-Beti, les Nordistes, et la liste est infinie, qui vont se soulever et... soutenir... Maurice Kamto, qui est chez lui peinard à Yaounde, et ne se signale plus comme Valsero d'ailleurs, que par de... videos. Pour Paul Eric Kingue, c'est lui, Paul Eric Kingue, qui mène la lutte pour tous les exploités de sa région. C'est lui, PEK, qui sera au tribunal pour eux pour répondre à la première plainte, c'est lui, PEK, qui après neuf ans en prison, après neuf autres mois en prison, risque une fois encore la prison pour ses populations. Valsero se passe d'élections, que Kamto a d'ailleurs boycottées sans plan B; PEK a besoin d'elles, car comment mener ces batailles concrètes sans être élu, et puis surtout, les populations 'l'ont élu pour que ça change.'

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter