Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 05 09Article 511402

Opinions of Saturday, 9 May 2020

Journaliste: Abdelaziz Mounde

Paul Biya offre des morceaux de savon aux populations sans eau potable


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Nous avons bien reçu, dans notre maison à Oué, près de Ngambe Tikar dans le Mbiam et Kim, notre morceau de savon ????. C'est vraiment bien. Vraiment ! Ça permet d'économiser pour quelques jours ceux qui sont fabriqués par l'association des femmes du village, qu'aucun fonds du Gouvernement ne soutient.

Pour l'usage du seau à robinet et de l'eau potable, inexistante dans notre village et une grande partie de l'arrondissement, le Sous-préfet, qui n’a pas demandé l’avis du maire, élu des populations, a précisé qu'il faudrait se rendre devant son domicile, pour se laver les mains. Il possède, en effet, comme le député et deux de nos élites, un petit forage et quelques filtres d'eau.

Un masque nous a été remis pour une famille de 6 personnes. Pour le reste, il faut aller à Bafia pour acheter celui de la Cicam, à 1300 Fcfa, notre argent de ration pour une semaine. Le Commandant de Brigade nous a mis en garde : si un seul habitant de Oué ne porte pas de masque, direction cellule.

Pour le gel et le dépistage, il faut faire des kilomètres et des kilomètres, avec la poussière de cette route abimée par les grumiers de la société Hazim, partenaire de celle de votre fils, Franck Biya, Ingenierie Forestière.

Hazim, Excellence, a une scierie, à côté même de notre village où il découpe tout l'ayous, le sapelli, le bubinga, bref toutes les essences précieuses et rares, vendues à des milliards en Europe, en Chine et au Canada. A ce sujet, nous nous sommes toujours posé les questions suivantes :

- Comment peut-on exploiter notre forêt et en tirer des milliards et ne pas nous construire un hôpital moderne, équipé, digne de ce nom au lieu de cette bicoque tenant lieu de dispensaire pour 1000 habitants, initiée par un fils du village, ingénieur biologiste, qui se débrouille avec un matelas vétuste et quelques produits pour tenter de soigner nos plaies et blessures. Car, pour les maladies chroniques et autres, il n'y a pas beaucoup d'alternatives à la mort, les hôpitaux étant si éloignés du village.

- Comment peut-on exploiter nos ressources naturelles et ne pas construire des adductions d'eau dignes de ce nom afin que nous puissions nous laver les mains dignement sans ce chemin vers le Sous-préfet.

Nous avons appris que le ministre de l'Administration territoriale qui n'a pu contrôler le respect des mesures prises par le Gouvernement depuis le 17 mars dernier, a chiffré ce " don ", qu'il distribue devant les caméras à 2 milliards. Avec cet argent, on peut faire beaucoup de choses pour nos villages sans attendre la crise du Covid19.

Nous avons appris aussi qu'il ne veut pas qu'on distribue ceux de la députée Nourane et de Maurice Kamto. Onong, excellence, on est dépassés ! Parce qu'avec leurs masques, par exemple, toute la famille ici en bénéficierait, au lieu d'aller à Bafia pour en acheter. C'est quel mauvais cœur ça, Excellence, hein ?

Comme le Sous-préfet a demandé de rédiger une lettre de remerciements, avant la motion de soutien des élites de l'arrondissement, pour notre morceau de savon, on a appelé un journaliste pour lui dire d'écrire ça.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter