Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 05 19Article 514210

Opinions of Tuesday, 19 May 2020

Journaliste: Christian Ntimbame Bomo

Paul Biya n'est plus l'homme de la situation au Cameroun

Demain c'est le 20 mai. C'est la traditionnelle fête nationale du Cameroun.
Mais au fond, cette journée symbolise un événement : la fin du fédéralisme à deux États (un francophone et un anglophone) qu'a connu le Cameroun depuis 1961.

C'est cette journée qui est à l'origine de la guerre civile qui sévit en zone anglophone.
Les anglophones veulent leur État qu'il soit relié au Cameroun francophone pour certains ou séparé pour d'autres.

Les positions sont tranchées que seul un homme consensuel à la tête de l'État peut concilier et réconcilier.

L'évolution de cette guerre démontre une constance : Paul Biya est incapable de ramener l'unité nationale au Cameroun.

Soit il ne l'a pas voulu, soit il est incompétent.

Inutile de jouer les hypocrites, Paul Biya n'est plus l'homme de la situation au Cameroun.

Son absence de légitimité réussit à désagréger la position d'unité des francophones sur de la question anglophone.

A cause du maintien de Paul Biya au pouvoir, de plus en plus de francophones, se désolidarisent des actions du gouvernement pour ramener la paix en zone anglophone.

Il y apparaît dès lors un rapport évident entre la question anglophone et l'élection d'un président de la république voulu par le peuple.

D'où la nécessité d'adoption d'un système électoral transparent assorti d'un code électoral consensuel et des organes électoraux indépendants et justes en vue de l'organisation des élections générales dans les plus brefs délais, lesquels vont sonner la fin de ce long règne.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter